Daniel Dewar & Grégory Gicquel : Jus d’Orange

 date

du 27/02/2013 au 20/05/2013

 salle

Palais de Tokyo,
Paris

 appréciation
 tags

Daniel Dewar et Grégory Gicquel / Palais de Tokyo

 liens

Palais de Tokyo

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Lauréats du Prix Marcel-Duchamp en octobre dernier, Daniel Dewar & Grégory Gicquel vont être amenés à exposer au Centre Pompidou à l’automne prochain. Dans l’intervalle, c’est le Palais de Tokyo qui consacre au duo l’un de ses espaces (la galerie basse, dans les sous-sols du lieu qu’on commence à apprivoiser, grâce à une signalétique plus accessible, notamment par un fléchage au sol pointant vers chaque exposition). Courte proposition (deux pièces seulement), qu’il faudra peut-être, dans quelques mois, considérer comme un prélude à celle de l’Espace 315, Jus d’Orange voit les Français renouer avec leurs matériaux traditionnels.

JPEG - 33.6 ko
Mixed Ceramics
(courtesy Galerie Lövenbruck)

En effet, on retrouve ce goût pour la sculpture, dans chacune des deux salles, conjugué à une double posture duchampienne dans la première. Ensemble de céramiques, Mixed Ceramics reproduit, d’une part, à l’échelle 1 des éléments de salle de bain (lavabo, évier, cuvette de sanitaires) et convoque, d’autre part, des process industriels dans une perspective artistique.

JPEG - 52.2 ko
GIFS animés (extrait)
(courtesy Galerie Lövenbruck)

Dans la lignée du Carl Cox statufié qu’on a déjà vu à plusieurs reprises, Dewar & Gicquel ont réalisé d’autres sculptures en argile dans la forêt, installant leurs personnages et animaux ainsi créés sur une souche d’arbre ou un monticule terreux. Les capturant en photos dans diverses positions ou à divers stades de leur fabrication, les Parisiens constituent ensuite des GIFS animés diffusés grâce à des projecteurs vidéos. Cette animation permet de donner vie à ces sculptures, dans un mouvement amusant et réaliste (Le Menuet, Motorcyclist) ou plus chimérique (Ram et sa multiplication des têtes de bélier). Le procédé un peu rudimentaire du GIF animé, montage haché et digne des premières heures d’internet, constitue alors un malicieux écho aux créations en grès ou argile.

François Bousquet
le 16/05/2013

À lire également

du 24/05/2007 au 26/08/2007
Steven Parrino : Rétrospec
(Palais de Tokyo)
du 27/1/2009 au 28/2/2009
Pragmatismus & (...)
(Fondation d’entreprise)
du 23/10/2013 au 12/01/2014
Philippe Parreno : (...)
(Palais de Tokyo)
du 21/10/2015 au 10/01/2016
Ugo Rondinone : I ♥ (...)
(Palais de Tokyo)