Grouper

The Man Who Died In His Boat

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

04/02/2013

 genre

Rock

 style

Folk / Space Rock

 appréciation

 tags

Folk / Grouper / Kranky / Space Rock

 liens

Grouper
Kranky

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Arrivée sur Kranky par le biais de son projet Mirroring (ce duo formé avec Jesy Fortino), Liz Harris y reste également pour ses disques sous le nom de Grouper : ressortie du très bon Dragging a Dead Deer Up a Hill, initialement publié en 2008 sur Type, et parution d’un nouvel album. Apprenant que les onze titres de ce long-format ont été enregistrés en même temps que ceux de Dragging a Dead Deer Up a Hill, mais non retenus à l’époque, on ne sera guère surpris de trouver ici une continuité stylistique : guitare acoustique grattée, chant doté d’un peu de réverbération, nappes et vocalises en arrière-plan et absence de rythmiques. L’ensemble forme ainsi un space-folk à la fois étrangement enveloppant et sobrement hanté.

À ce sujet, le titre de l’album est expliqué par l’Étatsunienne : se baladant avec son père le long d’une plage, elle y trouva un bateau empli d’effets personnels et apprit, plus tard, qu’un homme y avait vécu et que ce bateau était revenu à son point de départ même après sa mort. Entre tombeau à la mémoire de cet inconnu et tentative d’éclaircissement de ce mystère, The Man Who Died In His Boat peut apparaître, de prime abord, comme assez sombre et torturé, le tout dans un agencement très homogène. Pourtant, il faut accepter de se faire guider par la voix de Liz Harris, de se laisser captiver par cette atmosphère dans laquelle, comme on le soulignait en 2008, il reste malgré tout une lueur d’espérance.

Suivant les morceaux, celle-ci peut émaner des nappes trouées par une sonorité plus lumineuse, du jeu de guitare, de quelques notes de clavier (Vanishing Point) ou du chant même de la jeune femme (le morceau-titre ou Towers). Précisément, quand ce timbre se fait plus affirmé, que les paroles sont plus aisément intelligibles (de plus en plus au fur et à mesure du disque), on se prend à effectuer un rapprochement entre Grouper et sa camarade de label, Jessica Bailiff. En toute hypothèse, il s’agit ici d’un compliment.

François Bousquet
le 07/06/2013

À lire également

Greg Davis
Mutually Arising
(Kranky)
The Dead Texan
S/t
(Kranky)
Gregg Kowalsky
Tape Chants
(Kranky)
Tim Hecker
An Imaginary Country
(Kranky)