Luciano Maggiore / Dominic Lash / Alessandro Bosetti

 date du concert

08/05/2013

 salle

KOBE,
Ivry-sur-Seine

 tags

Alessandro Bosetti / KOBE / Luciano Maggiore / Trashvortex

 liens

Luciano Maggiore
Trashvortex
Alessandro Bosetti

 dans la même rubrique
29/11/2016
Moskus
(Maison de Norvège)
07/11/2016
Melmac
(Pop In)
JPEG - 35.4 ko
Luciano Maggiore

Premier des trois artistes solo programmés ce soir à KOBE, Luciano Maggiore mit à profit tout son matériel (petite table de mixage aux multiples potentiomètres, quatre discmans, deux walkmans et leurs CD et cassettes afférents) pour délivrer un set d’électro-acoustique typique. Minimalisme des glitchs, absence de véritable nappe d’arrière-plan et aspect presqu’évocateur des composantes utilisées : on pouvait ainsi imaginer ici un grincement de porte ou bien là des bruits d’eau gargouillante. Marquée par une légère montée en puissance, opérant cependant dans un volume contenu, sa prestation sembla convaincre la douzaine de personnes présente dans l’espace ivryen.

Debout aux côtés de son instrument, Dominic Lash livra une demi-heure d’improvisation à la contrebasse, jouant à l’archet de part et d’autre du chevalet, explorant alors le large champ des possibles, allant jusqu’à frapper l’archet sur les cordes ou à frotter celui-ci sur le bois-même. Entre jeu expérimental et approche plus ample, travail mélodique et aspect plus percussif, l’Anglais sut ainsi utiliser tout le grand éventail qu’offrent la contrebasse et son caractère forcément impressionnant.

Pour terminer, Alessandro Bosetti donna une nouvelle variation de son Mask Mirror, dont ces pages avaient pu vanter les mérites lors du festival Présences Électronique 2012. Assis derrière son clavier-séquenceur, l’Italien combina interventions parlées en direct et samples, conduisant à un mélange de l’anglais et de sa langue natale, de mots et d’onomatopées, le tout narrant le récit décalé d’un apéritif à Prague avec des amis. Entre performance expérimentale et concert, sa prestation le vit aussi mêler grésillements et larsens lancés de son appareil à un sifflement émanant de sa propre bouche, poursuivant donc sur cette veine drolatique.

François Bousquet
le 21/05/2013

À lire également

Alessandro Bosetti & Chris Abrahams
A Heart that Responds from Schooling
(Unsounds)
Luciano Maggiore + Francesco "fuzz" (...)
Chàsm’ Achanès
(Boring Machines)
22/10/2015
Alessandro Bosetti (...)
(Instants Chavirés)
Alessandro Bosetti
Der Italienische Manierismus
(CONV)