Simone, Two, Three, Four

 auteur

François Gremaud

 metteur en scène

François Gremaud

 date

du 15/05/2013 au 17/05/2013

 salle

Centre Culturel Suisse,
Paris

 appréciation
 tags

Centre Culturel Suisse / François Gremaud

 liens

Centre Culturel Suisse

 dans la même rubrique
du 25/04/2017 au 28/05/2017
Les Peintres au Charbon
(Théâtre 13)
du 21/04/2017 au 26/04/2017
Alors, est-ce que c’est là ?
(Théâtre de Gennevilliers)
du 02/02/2017 au 29/04/2017
Un Air de Famille
(Théâtre de la Porte Saint-Martin)
du 21/03/2017 au 01/04/2017
Le Pas Grand Chose
(Théâtre Monfort)

Souvent enclin à présenter des propositions théâtrales décalées, proches de la performance, le Centre culturel suisse continuait dans cette lignée avec l’accueil de Simone, Two, Three, Four, spectacle créé en 2009 par un metteur en scène et un plasticien. L’alliance de François Gremaud et Denis Savary s’est articulée autour de l’historiette de Simone qui, en sortant d’un restaurant, glisse sur le trottoir et s’étale au sol. Trois personnages vont alors remonter le fil de la narration pour indiquer au public comment Simone est arrivée à cette chute.

Avec ce point de départ simpliste, la création s’essaye à plusieurs tentatives, bien représentatives de cette forme, entre théâtre et objet performatif : aspect méta très poussé (dualité de l’acteur et de son rôle, mélange de la fiction et du réel, commentaires des comédiens sur ce qu’ils sont en train de jouer), bris réguliers du quatrième mur (adresses au public, prises à parti), manipulations à vue des objets constituant le décor.

Pour autant, l’ensemble se fait bien inconsistant et décousu, à l’image du bric-à-brac que l’on trouve sur le plateau. Seule la toute fin du spectacle permet à cet agrégat de prendre forme, de devenir touchant et, éventuellement, de reconsidérer toute la pièce à la lumière de cette résolution. Néanmoins, le sentiment général est de se trouver en face d’une forme, sinon imparfaite (au sens d’inaboutie), du moins amplement perfectible ; à moins qu’on ne soit pas forcément le spectateur idéal pour ce type de proposition, ce qui n’est nullement à exclure.

François Bousquet
le 24/05/2013

À lire également

du 17/01/2014 au 30/03/2014
Olivier Mosset : Collabor
(Centre Culturel Suisse)
du 10/10/2009 au 13/12/2009
Silvie Defraoui : Sombras
(Centre Culturel Suisse)
du 16/01/2015 au 29/03/2015
Pierre Vadi : Plus (...)
(Centre Culturel Suisse)
23/10/2014
Philippe Decrauzat (...)
(Centre Culturel Suisse)