Sin Fang / Pascal Pinon

 date du concert

28/05/2013

 salle

Café de la Danse,
Paris

 tags

Café de la Danse / Pascal Pinon / Sin Fang

 liens

Café de la Danse
Sin Fang
Pascal Pinon

 dans la même rubrique
15/09/2016
Quentin Sirjacq
(Maison Rouge)
05/09/2016
Chris Watson
(Fondation Cartier)
24/08/2016
Spring.Fall.Sea
(Pop In)
14/07/2016
Concert-surprise
(Blockhaus DY10)

Double affiche Islandaise au Café de la Danse pour l’étape parisienne de la tournée de deux signatures Morr Music qui sillonnent l’Europe pour une vingtaine de dates. Dans une salle peu remplie au départ mais qui accueillit davantage de spectateurs au fur et à mesure du déroulement de la soirée, nous pûmes assister aux concerts d’artistes dont nous suivons les parutions avec plus ou moins de bonheur, bien que présentant le point commun de nous séduire de plus en plus à chaque nouvel album.

Placées en font de scène, Jófríður Ákadóttir et Ásthildur Ákadóttir se présentèrent vers 20h, pas si timides que cela nonobstant leur jeune âge (dix-huit ans tout juste, apparemment). Une demi-heure de prestation leur permit de présenter une dizaine de ballades folk, l’une à la guitare (électrique ou acoustique) et au chant, et l’autre à la seconde guitare ou au clavier. Mignonnes et délicates, leurs compositions se firent surtout opérantes quand elles étaient chantées en islandais ou en suédois (Fernando). Interprétées en anglais, les chansons de Pascal Pinon ne s’extirpaient, en effet, pas suffisamment du tout-venant en la matière, allant même jusqu’à exposer trop ouvertement leurs limites : mélodies légèrement plates, absence d’affirmation dans le timbre, caractère un peu pauvre des instrumentations, notamment le clavier, dont la sonorisation interrogea (pourquoi ne pas l’avoir directement relié à une enceinte plutôt que le repiquer avec un micro ?). Pour autant, le public écouta l’ensemble sans déplaisir, probablement touché par la sincérité et la disponibilité des jumelles, expliquant (trop ?) largement l’historique de chaque chanson avant de la jouer.

Le temps de débarrasser le plateau des affaires des sœurs Ákadóttir et Sin Fang put prendre place, entouré de quatre camarades pour une heure de set dont on retiendra principalement le dernier tiers (rappels compris). En effet, la dizaine de morceaux constituant les deux premiers tiers du concert nous parut rapidement redondante, répétant les mêmes formules (trop de chœurs en « wow-ouh-wow-ouh-wow-ouh », trop d’instrumentations similaires) et faisant surtout montre d’une profusion d’ensemble (batterie jouée martialement par Magnús Trygvason Eliassen, guitare aux relents country ou funk, mix inégal poussant les instruments et laissant la voix de Sindri Már Sigfússon très en retrait) qui avait tendance à gommer les singularités de chaque titre pour homogénéiser le tout. Au reste, le chanteur le reconnut en creux, avouant se perdre lui-même dans la setlist (égarée lors d’un précédent concert) et mélangeant des morceaux aux intitulés proches (Always Everything et Everything Alright).

À l’inverse, quand furent abordés Young Boys et What’s Wrong With Your Eyes pour finir le set principal, on apprécia le changement de tonalité : rythmique impulsée par plusieurs sistres pour le premier, énergie bien contenue et euphorisante pour le second. Plus encore, quand, pour le rappel, Sindri aborda deux titres au piano (en solo puis accompagné au cor) avant d’être rejoint par ses quatre compères pour le final, on savoura la palette ainsi présentée. Si l’idée était de nous faire quitter le Café de la Danse avec un souvenir plutôt agréable en tête, l’agencement du set se montra donc parfait.

François Bousquet
le 03/06/2013

À lire également

Seabear
We Built A Fire
(Morr Music)
17/10/2013
Pascal Pinon / Lisa (...)
(Espace B)
Sin Fang
Flowers
(Morr Music)
Pascal Pinon
Sundur
(Morr Music)