Julien Demoulin & IA

The Bay

(Ronda, Basses Frequences)

 date de sortie

06/02/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone

 appréciation

 tags

Ambient / Basses Frequences / Drone / IA / Julien Demoulin / Ronda / Silencio

 liens

Silencio
Ronda
Basses Frequences
Julien Demoulin
IA

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Un an après Fanø, on retrouve l’ambient de Julien Demoulin cette fois accompagné de IA (Alex Copeland) sur un album composé entre Bruxelles et Oakland et coproduit par les labels Basses Fréquences (label spécialisé dans les drones) et Ronda.

Avant de mettre le disque sur la platine, on avait déjà une petite idée de la musique que l’on allait écouter, a priori une ambient plutôt sombre, plombée par des drones que l’on devinait déjà sur Fanø et qui devait certainement se confirmer ici vu les labels responsables de cette sortie. Seule incertitude, la collaboration avec IA, artiste que l’on ne connaissait pas jusque là.

Le disque se compose de deux pièces de 20 minutes précises, pas une seconde de plus, sans titre. Le premier morceau ne fait dans un premier temps que confirmer notre a priori avec souffles et infra-basse étouffante. Mais l’inattendu prend le relai sous forme de notes limpides qui se répondent et forment une mélodie fragile que des guitares viennent délicatement enrober. On ne peut pas dire que l’ambiance soit à la gaudriole, mais ces esquisses mélodiques et répétitives se révèlent être assez vite envoûtantes, voire mystiques. Ce premier volet semble s’éteindre dans la baie de San Francisco, sous des field recordings aquatiques, quelques voix et tintements féériques qui servent de transition avec la seconde piste.
Entre les mélodies finalement très présentes du premier titre et les nappes limpides et cristallines qui servent d’introduction au second volet, on trouvera cet album presque lumineux. Un peu à l’image de la pochette du disque et ce banc de lumière qui déchire des nuages menaçants. Mais ces nuages de drones restent bien accrochés et rendent cette deuxième partie beaucoup plus classique. Progression très linéaire qui durant près de 20mn pourra paraître lassante malgré quelques bruits de vagues et piaillements d’oiseaux au second plan.

On sera par contre très surpris par un brutal décrochage à 2-3 minutes de la fin, une sorte d’envolée folk à base de harpe et flûte(s), une étonnante et très belle sortie du tunnel.

Afin d’écouter un extrait, on vous remet ici la vidéo trailer réalisée pour le lancement de l’album :

Fabrice ALLARD
le 02/07/2013

À lire également

V/A
Je suis un étranger
(Ronda)
Én / Quentin Rollet / Zsolt Sörés
Paw Music
(Ronda)
Silencio
The Politics Of Lonely
(Three:Four Records)
eRikm & Akosh S.
Züfall
(Ronda)