Mike Dunkley

Corpus Clock

(Record Label Records / Import)

 date de sortie

06/02/2012

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental

 appréciation

 tags

Electronica / Expérimental / Mike Dunkley / Record Label Records

 liens

Record Label Records
Mike Dunkley

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

On a toujours eu un peu de mal à cerner la ligne directrice du label américain Record Label Records. D’ailleurs un nom pareil aurait déjà du être un indice... On y retrouve généralement les composantes propres à l’electronica et l’IDM, mais avec une pointe d’expérimentations en plus qui viennent mettre en branle toute tentative de facilité mélodique ou rythmique. On avait rapidement croisé Mike Dunkley un an plus tôt sur les compilations Drinking the Goat’s Blood et Electric Carpets, sorte de double sampler du label, mais voici l’occasion de découvrir plus à fond son travail.

On ne sait pas trop à quelle sauce on va être mangé lorsque l’on met le disque sur la platine. On est même un peu inquiet lorsque l’on découvre les espèces de cornemuses qui ouvrent Weapons Free. Cornemuses triturées, métalliques, mais qui esquissent une mélodie bientôt rattrapée par des basses grésillantes et des chœurs denses et puissants, de toute beauté.
Mais Mike Dunkley, fidèle à son label, part ensuite dans une toute autre direction avec une mélodie complètement déstructurée, hachée, noyée dans les glitchs, mais avec un tempo régulier. On tient là les éléments typiques de cet album. D’une part des pièces electronica plutôt efficaces, mélodiques mais généralement atypiques et d’autre part des morceaux complètement barrés, à l’image de l’IDM vrillée, expérimentale et ludique de Rollerblading ou du hip-hop syncopé et pointilliste de Shutters.

Pour les amateurs de mélodies et d’un son un peu plus classique, on s’arrêtera sur le sublime Everywhere Ghost. Mélodies lumineuses parfaites, rythmiques sautillantes, sans conteste LE tube de l’album. Plus complexes mais tout aussi beaux on reviendra à plusieurs reprises sur West Woods et Dread & Dream. Le premier, quasi ambient, pour ses chœurs déformés, magiques et mystérieux, le second pour sa mélodie à base d’un traitement de basses nasillardes.
On terminera dans une veine plus apaisée avec Blue Grotto qui clôture l’album. Field recordings aquatiques, chant de cigales, voix d’enfants au loin et mélodies diluées pour un final entre ambient et downtempo d’un autre temps, qui pourra faire penser ici aux grandes heures des Boards of Canada.

Un album riche, complet, une adaptation très personnelle de ce qu’ont pu produire dans le passé des labels tels que Warp et Rephlex, entre electronica mélodique et expérimentations rythmiques.

Fabrice ALLARD
le 05/08/2013

À lire également

V/A
Drinking the Goat’s Blood
(Record Label Records)
Nommo Ogo
Endless Dream
(Record Label Records)
Dalglish
Ideom
(Record Label Records)
Fluorescent Grey
Gaseous Opal Orbs
(Record Label Records)