Stedet Er Rummet (Space Is The Place)

 date

du 29/06/2013 au 04/08/2013

 salle

Den Frie,
Copenhague

 appréciation
 tags

Den Frie

 liens

Den Frie

 dans la même rubrique
du 22/09/2016 au 11/12/2016
Mark Geffriaud : Deux Mille Quinze
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
du 06/09/0216 au 29/10/2016
Paris
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2016 au 09/10/2016
Telling Tales : Excursions In Narrative Form
(Museum of Contemporary Art)
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)

Espace d’exposition situé au nord-ouest du centre de Copenhague, Den Frie trouve place dans un bâtiment à l’inspiration gréco-égyptienne (colonnades, lettrines dorées, toit pyramidal, extension octogonale) qui lui permet d’organiser plusieurs expositions par an. Centre géré par une association d’artistes, il s’attachait aux relations entre art contemporain et science-fiction dans une présentation collective mélangeant plasticiens danois et créateurs internationaux, opérant dans des mediums très différents permettant une approche plus ou moins frontale du sujet.

JPEG - 20.4 ko
Louise Sparre - Camouflage Star (détail)
(courtesy Den Frie)

Ainsi Trine Boesen (installation faite de pictogrammes, mots, objets et symboles flottant dans un univers futuriste), Louise Sparre (sculptures suspendues en l’air entre étoiles déformées et virus sérigraphié), Becky Bolton et Louise Chappell (projections psychédélico-futuristes sur un tipi) ou Jonas Pihl (grandes peintures murales jouant sur la perspective et représentant des cités fictionnelles) proposent-ils des variations plutôt attendues sur ce qu’on pouvait imaginer a priori des rapports entre art et science-fiction.

À ces démarches un peu trop littérales, on préféra les travaux moins directs, tel cette présentation des objets ayant servi aux films et séries Star Trek : exposées par Søren Hütell dans des vitrines et sur des mannequins (comme dans un musée de la Mode ou des Arts et Traditions Populaires), ces effets et ustensiles jouent alors sur deux temporalités, à la fois sujets d’une étude historicisante et représentation d’un avenir fantasmé. De même, Søren Brøgger, co-commissaire de l’exposition avec le précédent, part des spots publicitaires et extraits de films de science-fiction pour concocter des clips décalés et décontextualisés.

JPEG - 35.2 ko
Œuvre de Jesper Carlsen
(courtesy Den Frie)

Autre travail sur les images avec Jesper Carlsen qui diffuse le film constructiviste russe Aélita sur une photographie de paysage désertique. Plus encore, également mû par la volonté de conjuguer les sources, Ivan Andersen a réalisé des peintures de Tesla et Lovecraft, qu’il agrémente avec réussite d’incursions lumineuses émanant de derrière la toile, donnant une forme de vie à ces portraits.

François Bousquet
le 06/08/2013