Debout !

 chorégraphe

Raphaëlle Delaunay

 date

07/08/2013

 salle

Cour Saint-Émilion,
Paris

 appréciation
 tags

Cour Saint-Émilion / Raphaëlle Delaunay

 dans la même rubrique
05/08/2016 et 06/08/2016
Beats
(Square des Amandiers)
01/08/2016
Bataille
(Parc de la Butte du Chapeau Rouge)
15/04/2016
L’Homme aux Cent Yeux (La Grande Revue)
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)
03/02/2016 et 04/02/2016
La Chaise Humaine
(Auditorium St Germain des Prés)

Après la collaboration de Perrine Valli, Tamara Bacci et Marthe Krummenacher dans Laissez-Moi Danser, c’est au tour d’une autre chorégraphe de présenter une création axée autour de sa condition d’interprète, interrogeant son désir de devenir danseuse comme la rémanence de ses expériences. Forte d’un parcours mené aux côtés de Pina Bausch, William Forsythe ou Alain Platel, Raphaëlle Delaunay se présente face au public sur un plateau nu, tandis que des enceintes diffusent des bribes d’un entretien dans lequel elle livre quelques souvenirs.

Pendant que son travail corporel la conduit à répéter des gestes (comme autant de remémorations de ces grandes chorégraphies auxquelles elle a participé et qui remontent à la surface), sa voix revient sur quelques moments, sur un ton léger et empli d’humour. Ainsi raconte-t-elle qu’un maître de ballet, à l’Opéra de Paris, lui avait demandé de choisir entre teinter sa peau plus claire ou peindre les bretelles de son tutu en plus foncé, de telle sorte que l’une et les autres soient en harmonie. Entre deux anecdotes de cet acabit ou convoquant un échange eu avec Pina Bausch, Raphaëlle Delaunay effectue des déplacements, souvent diagonaux, conjugués à des mouvements de bras et de mains extrêmement précis et une grande multiplicité d’expressions faciales (sourire, gravité, étonnement…).

Dotée d’une impressionnante élasticité, la jeune femme illustre à merveille la technique dite du « gigot/salade » enseignée par l’un de ses précepteurs : les jambes doivent être robustes et ancrées dans le sol comme du gigot alors que les bras et la tête doivent ondoyer et se faire beaux comme de la salade. Ce caractère primesautier, associé à l’aspect pédagogique du projet, permit à la chorégraphe de recueillir un fort assentiment d’un public qui lui fut également reconnaissant d’avoir su braver le temps très menaçant (et le parasitage des annonces vocales du multiplexe voisin) pour se produire en plein air.

Autres dates :
- 20 septembre 2013 : La Nuit défendue - Pessac
- 16 et 17 novembre 2013 : Tanzhaus - Dusseldörf
- 22 novembre 2013 : CNCDC de Châteauvallon
- 7 février 2014 : AME - Montargis
- 28 et 29 mars 2014 : Maison de la Danse - Lyon

François Bousquet
le 10/08/2013