Ready (To Be) Made : Bas Jan Ader / Taiyo Onorato & Nico Krebs

 date

du 30/05/2013 au 01/09/2013

 salle

Le Bal,
Paris

 appréciation
 tags

Bas Jan Ader / Le Bal / Taiyo Onorato & Nico Krebs

 liens

Le Bal

 dans la même rubrique
du 11/11/2016 au 27/08/2017
Stéphane Thidet : Désert
(Abbaye de Maubuisson)
du 26/04/2017 au 14/08/2017
Walker Evans
(Centre Pompidou)
du 01/07/2017 au 20/08/2017
Laurent Pernot : Pas de Rose pour l’Infini
(Passage Sainte-Croix)
du 18/05/2017 au 23/07/2017
Kaye Donachie : Sous les nuages de ses paupières
(Le Plateau / FRAC Île-de-France)

Au rez-de-chaussée, un artiste néerlandais dont on a déjà croisé le travail (ces petites vidéos en noir et blanc dans lesquelles il se met en scène dans des scenarii entre burlesque et profonde mélancolie) ; au sous-sol, un duo de plasticiens suisses vivant à Berlin qu’on découvrait pour l’occasion : le rapprochement opéré par le Bal pour son exposition d’été présente tous les atours de quelque chose d’un peu forcé, sauf à considérer que les trois créateurs jouent sur l’absurde. Plutôt que de chercher à tout prix des points de concordances, il s’agit alors peut-être de préférer une lecture hermétique de chaque niveau.

JPEG - 39.7 ko
Bas Jan Ader - photogramme de Fall I
(courtesy Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam)

Quatre vidéos de Bas Jan Ader sont donc diffusées dans la première salle, autant de variations sur le thème de la chute, autant de mini-performances réalisées en 1970 et 1971 par le Néerlandais, autant de recommencements infinis (les images tournant en boucle) : le jeune homme s’accroche à une branche d’arbre, finit par lâcher prise et tomber dans l’eau, il fait du vélo et tombe dans un canal, il tombe du haut d’un toit ou bien se penche sur le côté jusqu’à choir.

Si la symbolique de la chute trouve sa source jusqu’à l’Antiquité grecque, elle est ici réactivée pour moquer la forme d’héroïsme qui est censée accompagner ces tentatives, la gravité finissant toujours par rattraper les apprentis cascadeurs. Au reste, la destinée même de Bas Jan Ader peut se lire comme un prolongement de cette métaphore : ayant entrepris la traversée de l’Atlantique en solitaire, il s’y noya à l’âge (tout aussi symbolique, lui aussi) de 33 ans.

Dans le grand espace du bas, Taiyo Onorato et Nico Krebs ont disposé une œuvre combinant vidéo et machine-outil : dans la première, muette et en noir et blanc, on les voit, juchés sur une échelle, faire semblant (grâce à un jeu sur la perspective) de frapper des immeubles au marteau ou à la masse ; la seconde sert de bande-son au film, les marteaux étant programmés pour heurter le socle de l’établi de manière synchronisée par rapport aux images. Si la dimension slapstick de la proposition permet de créer une passerelle avec l’étage du dessus, c’est davantage en résonance avec les séries photographiques du duo qu’il faut appréhender ce Blockbuster.

JPEG - 54.2 ko
Taiyo Onorato & Nico Krebs - Basilicata – Quarry 1 (extrait de la série Constructions)
(courtesy Aargauer Kunsthaus, Aargau)

De fait, les suites d’épreuves ornant les murs de la salle poussent Onorato et Krebs à se confronter aux constructions et autoroutes, principalement pour travestir la réalité : surélévation d’immeubles, ajout de routes en plein désert, changement du paysage vu par les fenêtres d’un diner, travail sur la saturation du soleil rougeoyant, découpe d’une zone péri-urbaine pour y inclure une falaise… Pas toujours convaincantes, ces photographies se perdent parfois dans le démonstratif et une iconographie de l’illusion trop voyante. À l’inverse, la série Constructions brille par son ingéniosité toute simple : les Suisses y disposent des structures en bois au premier plan, reprenant la silhouette des bâtiments situés au second plan. Surlignant le trait et la découpe des édifices, mettant en exergue une forme de fragilité de ceux-ci, les deux plasticiens conjuguent habilement technique rudimentaire et hommage à des projets plus amples et durables.

François Bousquet
le 27/08/2013

À lire également

du 06/01/2017 au 16/04/2017
Stéphane Duroy : Again
(Le Bal)
du 20/10/2010 au 16/01/2011
Fresh Hell
(Palais de Tokyo)
du 09/06/2011 au 07/08/2011
Nul si découvert
(Le Plateau / FRAC Île-de-F)
du 11/09/2014 au 26/10/2014
S’il y a lieu, je pars
(Le Bal)