Bluhm

In The Vale Of Tears

(Fluid Audio / Import)

 date de sortie

17/06/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Bluhm / Fluid Audio / Maps and Diagrams

 liens

Fluid Audio
Bluhm

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Face au caractère pléthorique de ses sorties (trois par an, sans compter ses collaborations multiples ou ses parutions sous le nom d’Atlantis), nous avons un peu décroché du suivi régulier que nous faisions jusqu’alors du travail de Maps & Diagrams, d’autant plus que celui-ci nous paraît avoir délaissé l’electronica mélodique de ses débuts pour une ambient moins singulière. Pour ne pas complétement laisser de côté Tim Martin, on pioche un peu au hasard l’une de ses publications et décide d’en rendre compte : place donc à Bluhm, duo formé avec Genoveva Kachurkova, chanteuse macédonienne qui a proposé les mélodies à l’Anglais avant que celui-ci ne les agrémente de composantes synthétiques.

Sur le papier, on ne s’attend par conséquent pas forcément à grand-chose de très palpitant et, malheureusement, cette crainte va se trouver rapidement confirmée. En effet, In The Vale Of Tears se présente bien comme un album dans lequel la voix de la jeune femme se contente de se poser sur des nappes et textures relativement peu élaborées. Vaguement vaporeux, jouant un peu trop sur son caractère supposément envoûtant, le timbre de Genoveva Kachurkova se fait à la fois pas suffisamment particulier pour intriguer et trop commun pour émouvoir. Qu’il s’agisse de morceaux avec paroles (Eventide, Willow) ou bien de titres où elle se limite à des vocalises (When We Cry), le constat est, de manière regrettable, le même.

Tout juste trouvera-t-on alors de l’intérêt à une pièce dans laquelle le matériau d’arrière-plan se teinte de grésillements et la voix féminine mise en boucle (All Is Still As They Disappear) ou à une autre faisant état d’une structure instrumentale plus riche (As You Smiled And Passed Me By). En revanche, quand l’atmosphère se veut doucement menaçante, on peine à ressentir quelque inquiétude (Snow-Bound), ce qui nous conduit, sans excitation aucune, à la fin d’un album pas désagréable mais vers lequel on ne reviendra très certainement pas.

François Bousquet
le 25/09/2013

À lire également

Sovacusa
Centrepoint
(Expanding Records)
Maps and Diagrams
Smeg
(Cactus Island Recordings)
Matthew Rozeik
Oh Lord, Please Give Me Another Brain : (...)
(Highpoint Lowlife)
V/A
Everything is Green
(Toytronic)