Jesus is my Son

1914-1918

(FF HHH / Mandai)

 date de sortie

22/02/2012

 genre

Rock

 style

Ambient / Folk

 appréciation

 tags

Ambient / Demetan Meslier / FF HHH / Folk / Grégory Duby / Jesus is my Son

 liens

FF HHH
Demetan Meslier
Jesus is my Son

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Nous avons déjà parlé de Grégory Duby, tantôt en tant que Demetan Meslier, tantôt sous son propre nom. Jesus is my Son est un autre des projets solo de celui qui dirige également le label FF HHH.

Nous avons un peu hésité à parler de cet album qui n’a rien à voir avec les musiques électroniques. On a ici un artiste, sa guitare et des silences qui en disent longs. Une combinaison à laquelle on n’est pas resté insensible et qui nous a décidé à en faire une chronique. Comme l’indique le titre, l’album est consacré à la première guerre mondiale et l’artiste s’attache à dépeindre ce qui est en dehors de l’action, du combat : la vie dans les tranchées, l’attente du prochain assaut ou la peur de disparaitre. On comprend alors mieux le style adopté ici, l’épure et la place importante laissée aux silences.

1914-1918 se rapproche d’une musique folk, instrumentale, à base de lentes mélodies de guitare électroacoustique, faites de contrastes, d’accidents et de relances (Héroïsme et Désespoir). Le genre de formule que l’on a tendance à adorer et qui se confirme avec plus de force encore sur le sublime No Man’s Land qui laisse parler les silences et mourir ses longues notes. Et puisque l’on est dans les coups de cœur, parlons tout de suite de Deux Nuits et sa mélodie d’une magnifique tristesse, menaçant de se rompre à chaque instant, dans un dernier soupir.
L’atmosphère est pesante, donnant l’impression de trainer notre carapace pour s’avancer péniblement de morceau en morceau, en s’enfonçant de plus en plus. Subtiles changements de tempo sur Patrie et Famille, on relève la tête pour prendre un peu d’air et on retombe avec les glissements blues de Des Pleurs et Des Larmes. Les cordes sont tendues à bloc et menacent de se rompre sur Marie-Madeleine pour finir avec les guitares lentes et pesantes de Mieux Vaut se Mentir et Etre Heureux.

Un très bel album, touchant, aux teintes automnales.

Fabrice ALLARD
le 27/08/2013

À lire également

Demetan Meslier
Propriétaire
(FF HHH)
Xavier Dubois & Noir
s/t
(FF HHH)
Paranoia Birthday
Il ne restera
(FF HHH)
Xavier Dubois
Ostium
(FF HHH)