Thomas Tilly & Jean-Luc Guionnet

Stones, Air, Axioms

(Circum Disc / Metamkine)

 date de sortie

00/02/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Expérimental

 appréciation

 écouter

3 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Circum Disc / Drone / Expérimental / Jean-Luc Guionnet / Thomas Tilly / Tô

 liens

Thomas Tilly / Tô
Jean-Luc Guionnet
Circum Disc

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

En juillet 2010 Thomas Tilly sortait un album de field recordings subaquatiques qui ne nous avait pas vraiment emballé. Comme chaque album de l’artiste est consacré à un travail bien particulier, dans un contexte précis, Stones, Air, Axioms nous permet de quitter l’eau pour tester le comportement du son dans l’air. Cette fois la contrainte de l’espace est définie par un bâtiment, la cathédrale St Pierre de Poitiers, dans laquelle Thomas Tilly et Jean-Luc Guionnet ont étudié l’acoustique des lieux, le comportement du son dans un lieu justement conçu pour amplifier celui-ci.

L’album est composé de quatre pièces qui, dixit les musiciens, abordent chacune un aspect du rapport entre le son et l’architecture. À ce titre, le livret contenant textes et schémas donne une petite idée du travail réalisé et SAA1 Air Volume est peut-être le plus immédiat puisque la partition a été écrite d’après les mesures prises entre les piliers de l’édifice. Le résultat est assez étonnant, donnant véritablement l’impression que la cathédrale respire, dans un souffle lent, puissant et (étrangement) métallique.

Passée cette introduction, on aborde ensuite le cœur même de l’album avec trois pièces de 14-15mn chacune. SAA2 et SAA3 sont assez proches sur la forme. Passé quelques bruitages tels que ronronnements sourds, petits sifflements et souffles, suit un long drone de toute beauté, un peu instable, fragile, qu’un sifflement aigu ne parvient à perturber. À propos de "perturber", SAA3 For Standing Waves, Disturbances est un peu plus mouvementé. Bizarrement, on a régulièrement l’impression d’être sur un bateau, avec le vent dans les voiles pour commencer, puis une sorte de sirène, un souffle mécanique qui pourrait être un moteur tandis qu’une tonalité limpide sert de fil rouge sur un long final.

Au bout du compte, c’est SAA4 Close, Bells, Architectural Remains qui nous apparaîtra comme la pièce la plus aboutie. En fait c’est certainement la plus équilibrée, celle dans laquelle la cathédrale n’est plus analysée, décortiquée, utilisée comme objet de laboratoire, mais plutôt comme simple instrument. Elle est bien là, la reverb du lieu ne fait pas de doute, mais elle ne fait qu’accompagner un certain nombre de bruitages et improvisations des deux artistes.

Dans l’ensemble le disque est joliment équilibré, quelque part entre ambient minimale et improvisations électroacoustiques, alliant théorie et pratique, concept et émotion.

Fabrice ALLARD
le 30/08/2013

À lire également

07/04/2009

(Naxos Bobine)
27/11/2015
Thomas Tilly
(Blockhaus DY10)
V/A
Thrombose
(Thrombose Records)
Thomas Tilly - Tô
Cables & Signs
(Fissur)