Attilio Novellino

Through Glass

(Valeot Records / Import)

 date de sortie

09/03/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch

 appréciation

 tags

Ambient / Attilio Novellino / Glitch / Valeot Records

 liens

Valeot Records
Attilio Novellino

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

La semaine dernière on vous parlait de Kutin avec son album Ivory. Le même jour, Valeot Records sortait également cet album d’Attilio Novellino, dont le mastering est assuré par... Kutin. Une petite famille donc, mais un artiste que l’on découvre à l’occasion de la sortie de ce disque. Italien de 29 ans, il a commencé à composer une musique ambient, teintée de post-rock sous le nom de Un Vortice Di Bassa Pressione, participé à quelques compilations et sorti un EP chez Small Doses. Through Glass est son premier album à sortir sous son propre nom.

Ayant parlé de Kutin récemment et devant faire des choix, on ne pensait pas parler d’une deuxième production de Valeot Records. Il a suffit d’un peu plus d’un titre pour nous faire changer d’avis. L’Italien compose toujours une musique ambient, mais elle est désormais purement électronique, bien que les sources sonores soient difficiles à définir. Nappes synthétiques ? Guitares traitées ? Certainement un peu des deux, fusionnant sous des effets, parsemés de textures grésillantes et parfois de field recordings.
On est donc dans un registre assez proche de Kutin, avec une ambient organique, mais là où chez l’Autrichien les guitares restent bien distinctes, Attilio Novellino brouille les pistes. Il semble s’inspirer de la scène shoegaze, et accro au delay il compose un magma sonore, dans lequel se côtoient nappes flottantes et drones soyeux, généralement rythmés par des pulsations de basses profondes et prenantes. Un mélange de douceur infinie et de textures arides qui fonctionne à merveille, révélant bien souvent une profonde mélancolie.

Concrètement le disque s’ouvre sur les textures métalliques et grésillantes de A Footpath For Night Dancers, tout en restant sur une douceur dominante. La musique de l’Italien est avant tout enveloppante et profonde, aidée en cela par des basses bien présentes. On passe ensuite par des ambiances plus aériennes et une impression de chœurs sur Sirens tandis que les field recordings de dialogues, ou plutôt de ce qui semble être une engueulade cache une certaine gravité.
On appréciera tout particulièrement la façon dont l’artiste fait évoluer ses nappes, textures et flottements sur le magnifique Ex-Butterfly, passant de l’abstraction à des boucles minimales, entêtantes et subrepticement mélodiques. La pièce d’exception sera ensuite After You’ve Had A Life qui se démarque avec ses bleeps aquatiques qui en font un petit bijou d’électronica mélodique. En fin d’album on revient à un son plus aride et grésillant sur Yosemite’s Night Sky et surtout Ilyria où l’on frôle le bruitisme industriel.

L’album s’achève toutefois sur des nappes fantomatiques, une impression de douceur rassurante à base de chœurs et grésillements qui nous parviennent par vagues et nous donnent l’impression de flotter. Un superbe voyage.

Fabrice ALLARD
le 11/09/2013

À lire également

The Pattern Theory
The Pattern Theory
(Valeot Records)
Dirac
Phon
(Valeot Records)
Kutin
Ivory
(Valeot Records)
Tupolev
Memories Of Björn Bolssen
(Valeot Records)