Giant Claw

Haunted Planet

(Wool Recordings / Internet)

 date de sortie

00/03/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electro / Krautrock

 appréciation

 tags

Ambient / Electro / Giant Claw / Krautrock / Wool Recordings

 liens

Giant Claw
Wool Recordings

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Giant Claw est le projet artistique de Keith Rankin, peintre et musicien américain, également co-manager du label Orange Milk Records sur lequel on trouve notamment Aidan Baker et Sean McCann. Haunted Planet se présente sous la forme d’un vinyle 4 titres produit par le label parisien Wool Recordings.

Face A, on trouve le morceau titre, Haunted Planet I-II, suggérant la présence de deux parties, en fin de compte intimement liées. On est tout de suite surpris par ce son hautement vintage, ces arpèges électroniques nasillardes, ces envolées de synthés venues d’un autre temps, cette boite à rythme frétillante. Ultra mélodique, planant tendance psychédélique, rythmé façon disco, ce premier titre est coloré, dansant, léger, bref parfait pour la piste de danse si vous avez les spots, la boule à facette et les fumigènes pour ajouter un peu de mystère.

Les trois autres titres se trouve en Face B, plus courts donc et peut-être un peu plus directs. On y discerne de nouvelles influences avec des sonorités plus proches du bleeps de musiques de jeux vidéo. Arpèges et mélodies virevoltent dans tous les sens, les relances se révèlent parfaites et de petites expérimentations décalées comme les cuivres improvisés de Spirit Heal Me apportent un peu de piment et une touche on ne peut plus personnelle.
Le ton de l’album reste léger, voire ludique sur un Dream Love que l’on croirait joué par une fanfare de marionnettes. On termine avec Hobo Cop et ses synthés tout en rondeur, bouillonnants, nous rappelant le générique de vieilles séries télé. Bien que d’un style très différent, on ne s’étonnera donc pas de voir que Giant Claw sortait un an plus tard un album intitulé Music For Film.

Une découverte étonnante, vintage, ludique, mélodique, dansante et un artiste visiblement très productif, pour notre plus grand plaisir.

Fabrice ALLARD
le 29/09/2013