Monika Stricker

 date

du 05/09/2013 au 26/10/2013

 salle

CAB,
Bruxelles

 appréciation
 tags

CAB

 liens

CAB

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Bien que n’ayant qu’une grosse année d’existence derrière lui, le CAB a déjà réussi à tisser quelques liens avec le reste de la communauté artistique bruxelloise. À ce titre, un partenariat a notamment été institué avec le Wiels, collaboration qui conduit les plasticiens en résidence au Centre d’art de Forest à venir présenter leur travail au lieu d’exposition d’Ixelles. Mais plutôt qu’à une monstration collective classique, les douze créateurs (Robin Vanbesien, Jutta Zimmermann, G. Küng, Emmanuelle Quertain, Bavo Olbrecht, Cambyse Naddaf, Andre Tehrani, Axelle Stiefel, Egle Budvytyte, Bart Groenendaal, Yuki Okumura, Willem Oorebeek) ont choisi de s’adonner à un cadavre exquis, voire à un anti-portrait de l’une des leurs : Monika Stricker. Cadavre exquis car chaque production est censée amener le spectateur vers la suivante, anti-portrait car les œuvres choisies sont présumées faire écho à la personnalité de la jeune Allemande. Exercice de style assez opaque (impossible de savoir qui a fait quoi puisque de cartel il n’y a point et que le programme de salle ne renseigne que l’intitulé et la composition des œuvres et non leur auteur), Monika Stricker fait alors office d’instantané, saisissant les préoccupations et attractions d’une génération.

JPEG - 16.4 ko
Les Mutins s’adressent à la foule depuis les toits (détail)

Sous ce jour, on retrouva sans réelle surprise l’intérêt pour la contestation, avec l’installation Les Mutins s’adressent à la foule depuis les toits, combinaison de petits objets en plus ou moins bon état, comme rescapés des barricades, et d’une photo sur laquelle, effectivement, on voit des jeunes gens haranguer la populace. Approche para-politique aussi avec As If You Are Catching A Bomb, vidéo où une jeune artiste dirige de la voix des traders du quartier de la finance à Amsterdam, leur faisant prendre des poses saugrenues et ridicules.

JPEG - 27.8 ko
Forever Pubescent

L’effacement progressif, la disparition graduelle, le glissement régulier se trouvent également au cœur de quelques pièces : Untitled (Smoke) - Monicker Affects (image trouvée sur Google Images représentant la fumée), Morceau de peinture : I Love Painting, manquera l’espace en novembre 2013 (collage à même le mur d’une photographie et traitement de celle-ci pour lui donner un effet de flou), Untitled (cloison blanche, vierge de toute cimaise ou œuvre autre, se trouvant chaque jour déplacée par les équipes du CAB, réagençant à chaque fois l’espace). En contrepoint de ces interventions, la personnalité de Hulk semble marquer un attrait pour une figure représentant la force dans toute sa brutalité : collages célébrant Bruce Banner ou élément de mobilier urbain tordu par le super-héros.

Enfin, le serpent et le nœud symbolisent la circularité des pensées et échanges entre les plasticiens : vidéo sur laquelle des reptiles s’enroulent autour d’échelles (Drip-Drop-Drips-Monicker Affects), dessins pastel de serpents (Conversion of Convergence - Monicker Affects), peluche en forme de serpent saupoudré de sanguine (Manifesto Promoting Abolition of the Artistic Project).

François Bousquet
le 04/10/2013

À lire également

du 07/09/2012 au 08/12/2012
Extended Drawings
(CAB)