Verbose

Binary

(Autoproduit / Internet)

 date de sortie

03/08/2013

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Autoproduit / Electronica / Verbose

 liens

Verbose

 autres disques récents
Svarte Greiner
Apart
(Miasmah)
Dmitry Evgrafov
Comprehension Of Light
(130701)
Nicola Ratti
The Collection
(Room40)
Target Archery
Clock of the Long Now
(Autoproduit)

Puisqu’il avait annoncé vouloir arrêter la musique il y a quelques années, on n’attendait plus de nouvelles de Verbose, compositeur anglais découvert il y a dix ans avec un splendide album sur Neo Ouija et auteur par la suite d’autres disques. Après six ans sans sortie aucune, c’est donc avec surprise qu’on apprit la publication d’un nouveau long-format, uniquement disponible en digital, via Bandcamp (mécanisme de plus en plus fréquent, même les petits labels éprouvant des difficultés à publier des sorties physiques). Musicalement, on se souvenait qu’après des premiers disques d’electronica mélodique, Allan Richmond s’était dirigé, au gré des parutions, vers des rivages plus robotiques ou bien une electronica-shoegazing plus convaincante.

Pour son retour discographique, c’est cette dernière veine qu’il exploite tout au long des quinze morceaux et soixante-dix-huit minutes qui forment Binary, avec des titres suffisamment longs pour permettre un développement conséquent, à base d’entrée progressive des différentes composantes, qu’il s’agisse des rythmiques ou des matériaux mélodiques. À ce titre, les guitares opèrent de manière moins aérienne et dans un style moins typiquement shoegazing que par le passé, préférant une approche plus diffuse et moins frontale, à l’image de Infinitelyclosetozero dans lequel le trémolo se fait lointain ou de Likearadarinstallationonhighalert et son clavier croisé avec un grésillement.

Alors qu’on commençait à redouter un certain ronronnement, au bout d’une heure d’album marquée par des morceaux un rien trop homogènes, Interplanetarytravel apparaît et opte pour une démarche davantage centrée sur les rythmiques, qui permet de se diriger vers la fin de Binary avec un sentiment probablement plus positif qu’il n’aurait été sans sa présence.

François Bousquet
le 09/10/2013

À lire également

Verbose
Observe
(Neo Ouija)
Verbose
Resolve
(Cactus Island Recordings)
V/A
Intelligent Toys 2
(Sutemos)
Verbose
Aperture
(Unlabel)