Francisco López

Untitled #284

(Crónica Electronica / Import)

 date de sortie

30/03/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Musique Concrète

 appréciation

 tags

Ambient / Crónica Electronica / Expérimental / Francisco López / Musique Concrète

 liens

Francisco López
Crónica Electronica

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Suite de la série "Untitled" du productif Francisco López, avec cette fois une virée au Portugal puisque cet album sort chez Crónica. Il y a là une certaine logique dans la mesure où ce travail s’appuie sur des enregistrements de Lisbonne réalisés en 1992, et revisité en 2011 dans le cadre d’une commande du Teatro Municipal Maria Matos.

Francisco López a toujours produit une musique très expérimentale, abstraite dans sa composition, mais imagée via l’incorporation de sonorités concrètes. Ce constat s’illustre parfaitement sur cet album composé d’une pièce unique de 43 minutes, durant lesquelles l’artiste s’applique à poser des ambiances, à construire un univers qu’il détruit ensuite à grand coup de sonorités impromptues et de cassures fracassantes.
L’album débute par une intro minimaliste composée de tonalités lourdes et métalliques, comme des coups sourds qui résonnent et créent une ambiance industrielle à la fois calme et angoissante. Lentement ces bruitages laissent la place à des basses sourdes, des souffles et sifflements lointains dont l’intensité ne cesse de diminuer. Et c’est au milieu de ce quasi silence qu’un coup brutal suivi d’un brouhaha et de grincements stridents, comme une pluie métallique, viennent casser l’ambiance.

C’est cette alternance d’ambient isolationiste et de fulgurances bruitistes qui rendra le disque difficile d’accès, l’Espagnol alternant sans cesse entre le tout et son contraire. Car cette cassure bruitiste n’est pas qu’une ponctuation entre deux mouvements, mais bel et bien une épreuve de 3-4 minutes durant lesquelles un sifflement prend le temps de se développer.
Un peu plus tard, on navigue dans une dark ambient aux sonorités sourdes et lointaine, une cascade d’infrabasses qui devra laisser la place aux remous d’une mer de métal, des clapotis de limaille de fer. Et puis au bout d’une trentaine de minutes, on retrouve le même type de sonorités qui ouvrait l’album. Cette fois elles se liquéfient, se diluent en un tapis de glissements métallisés, un sifflement chuintant et enfin un dernier souffle.

Une œuvre exigeante que l’on aura tendance à rapprocher de la musique concrète, ou plus globalement de la musique contemporaine.

Fabrice ALLARD
le 25/10/2013

À lire également

Pure
No End of Vinyl
(Crónica Electronica)
Stephan Mathieu & Janek Schaefer
Hidden Name
(Crónica Electronica)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Acute Inbetweens
(Crónica Electronica)