Carta

The Faults Follow

(Saint Marie Records / Import)

 date de sortie

20/08/2013

 genre

Rock

 style

Pop / Post-Rock

 appréciation

 tags

Carta / Pop / Post-Rock / Saint Marie Records

 liens

Carta
Saint Marie Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

En 2007, Resonant publiait le premier album de Carta, disque sur lequel on s’était penché suivant assidument les sorties du défunt label anglais mais aussi parce qu’on identifiait, parmi les membres du groupe de San Francisco, quelques musiciens alors repérés ailleurs (notamment chez Charles Atlas). Depuis la formation a vu sa composition se modifier à la marge, continuant d’être menée par Kyle Monday, et son style musical quelque peu évoluer. Un deuxième album avait paru en 2010 sur Silber, sur lequel nous ne nous étions pas arrêtés, dont on nous indique qu’il opérait déjà une inflexion vers quelque chose de moins instrumental, mouvement encore accentué avec The Faults Follow, troisième long-format, hébergé cette fois-ci par Saint Marie Records, récent label texan qui se signale par un catalogue intéressant dans un genre indé un peu classieux (Trespassers William, L’Altra…).

Accentuée, donc, l’inflexion vers des morceaux chantés se traduit par une durée resserrée des pistes (le format chanson et ses quatre minutes de moyenne), des interventions simultanées des voix masculines et féminines (les invitées Lorealle Bishop, Odessa Chen et Jenn Harper) et des mélodies facilement repérables. Pour autant, l’ensemble fait le choix d’évoluer dans un midtempo assez soigné, sorte de post-pop ouvragée, aux arrangements subtils et aux contours délicats. Les quelques discrets apports électroniques sont souvent intégrés en fin de morceau, une fois que le chant a rempli son office. Peut-être trop ouvertement direct, The Faults Follow parvient tout de même à receler encore un titre instrumental au clair-obscur contrasté dans lequel guitare acoustique, piano et accords plus aériens de synthé s’entremêlent (Header).

Au total, et alors qu’on a tout récemment réécouté The Glass Bottom Boat pour vérifier notre engouement d’alors, ce nouvel album permet certes de renouer le fil avec Carta mais ne s’avère probablement pas aussi convaincant que celui sorti il y a six ans.

François Bousquet
le 07/11/2013

À lire également

Carta
The Glass Bottom Boat
(Resonant)