Orbital

Wonky

(ACP Recordings / Import)

 date de sortie

02/04/2012

 genre

Electronique

 style

Electro / Techno

 appréciation

 tags

ACP Recordings / Electro / Orbital / Techno

 liens

Orbital

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

On pouvait hésiter à parler sur EtherREAL d’un groupe tel que Orbital, qui plus est plus d’un an après la sortie de l’album. Mais il se trouve que nous avons un rapport quelque peu nostalgique avec le duo anglais que nous avions abandonné il y a bien longtemps et qui nous a plutôt agréablement surpris avec cette nouvelle production. Qui plus est, notre chronique du "concert" restait quelque peu mitigée avec un son horriblement fort et surtout l’impression de voir plutôt un DJ set.

Très vite, peut-être même avant la sortie de l’album, un premier clip apparaissait sur Youtube. Il s’agissait de Straight Sun qui restera pour nous le meilleur titre de l’album. Certainement le plus proche de leur superbe The Box, avec un dosage parfait entre douceur des accompagnements, mélodies scintillantes et rythmique soutenue, la formule répondant à toutes les attentes que pouvaient susciter ce retour d’Orbital. La question qui se pose alors est "Qu’en est-il du reste de l ’album ?"...
On vient de le dire, Straight Sun est pour nous le meilleur morceau de cet album, mais lors du concert on avait aussi repéré quelques titres particulièrement efficaces en live et on se demandait comment ils passeraient sur disque.

A l’image du concert, on constate que le duo vise avant tout l’efficacité rythmique et abandonne le versant cinématographique de leur travail (on se rappellera principalement de leur participation aux BO de Event Horizon, Le Saint, et leur relecture du thème du Dr Who) qui avait viré à la facilité. Ainsi les mélodies de One Big Moment nous paraissent un peu fades pour rentrer de plein pied dans ce nouvel album. De fait le duo semble hésiter à se lancer, débutant en douceur et augmentant brusquement le tempo sur Never, ou optant pour une électro-pop avec Zola Jesus au chant sur New France et un joli travail du son sur Distractions.
On remonte ensuite un peu dans le temps et le duo assure le steak avec un revival acid sur le justement nommé Stringy Acid ou en recyclant leur vieux jeu de mot Beelzebeat avec les sonorités agressives de l’excellent Satan sur un Beelzedub qui, reconnaissons le, fait son petit effet. On terminera ce parcours avec l’énergique Wonky qui doit beaucoup au chant de Lady Leshurr, scandé, rapide, largement influencé par le hip-hop.

Pour les plus nostalgiques, on conseillera vivement la version 2 CDs puisque le deuxième galette contient 5 versions lives de tubes tels que Lush, Impact, Satan, Belfast et Chime. Qui dit version live, dit souvent version longue, à l’image des 19 minutes de Impact qui se prolonge dans une techno épurée, terriblement efficace.

Au final, Orbital signe là un plutôt joli retour. Les fans de la première heure devraient y retrouver l’esprit de l’époque mais on reconnaitra aussi que Wonky est avant tout taillé pour le live et le dancefloor.

Fabrice ALLARD
le 28/10/2013

À lire également

20/04/2012
Orbital / Nekochan
(Nouveau Casino)