.doc

 date

du 18/09/2013 au 31/10/2013

 salle

Galerie Édouard Manet,
Gennevilliers

 appréciation
 tags

Estefanía Peñafiel Loaiza / Etienne Bossut / Francis Baudevin / Galerie Édouard Manet / Nicolas Chardon / Seth Price / Sol LeWitt

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Régulièrement, le matériau, le medium ou la source constituent des points de départ d’expositions collectives désireuses de se pencher sur le processus de création comme fil conducteur du regroupement d’artistes. Dans cette lignée, le label hypothèse, convié à inaugurer la nouvelle saison de la Galerie Édouard Manet, s’est attaché à la notion de document, prise dans l’ensemble de la portée que peut avoir le terme, aussi bien possible référent que protocole ou résultat. Dans une telle situation, il est rare que l’ensemble des pièces exposées puissent être véritablement raccrochées à la note d’intention du (ou des) commissaire(s). Comme redouté, .doc ne fait pas exception et quelques œuvres se trouvent assez éloignées de ce concept de document, quand bien même elles sont tout à fait convaincantes sur le plan plastique (les 3 croix noires de Nicolas Chardon ou le Nicole d’Étienne Bossut, moulage en polyester d’un raccord de descente d’eau pluviale).

Mais, globalement, la sélection opérée par le collectif s’accorde plutôt bien avec la thématique sélectionnée et les créations peuvent alors être le témoignage de quelque chose passé, en tant qu’elles réactivent ce souvenir : la vidéo de Seth Price part d’archives télévisuelles et en altère vitesse et couleurs, le Wall Drawing n°989 de Sol LeWitt est en fait un dessin mural réalisé d’après instructions tandis que Julie C. Fortier présente deux fioles de verre sous une vitrine, contenant quelques pépites d’or trouvées lors d’un voyage, ou que Danh Vo recopie à la main une lettre d’un prisonnier du XIXe siècle.

JPEG - 21.2 ko
Vue de l’exposition

Au-delà de la réminiscence qu’elles peuvent convoquer, les œuvres peuvent aussi figurer elle-même une trace, un souvenir, un document : Francis Baudevin présente ainsi un de ses travaux sur les pochettes vinyle, réduites au rang de signe géométrique (Hey Joe), Aïda Salahovic a passé son doigt et posé ses mains sur une installation sculpturale en sable, laissant sa trace et Estefania Peñafiel Loaiza accroche une cinquantaine de feuilles couvertes de traces de cendres.

JPEG - 26.1 ko
Vue de l’exposition

Le document sait même se faire modèle quand Nelson Aires réalise une série de plans masse d’abattoirs ou lorsque John Cornu saisit en photo une maison, possiblement dupliquable, et que Sarah Chantrel assemble des éléments en acier galvanisés pour façonner une bibliothèque imaginaire.

François Bousquet
le 31/10/2013

À lire également

du 07/09/2008 au 17/11/2008
Château de Tokyo / Palais
(Château de Fontainebleau)
du 05/02/2015 au 28/03/2015
Julie Béna : Destiny
(Galerie Édouard Manet)
du 15/04/2010 au 05/06/2010
Mark Geffriaud : Et (...)
(Galerie Édouard Manet)
du 12/2/2009 au 11/4/2009
Dominique Blais : Décéléra
(Galerie Édouard Manet)