Monty Adkins

Four Shibusa

(Audiobulb / Import)

 date de sortie

23/04/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Glitch / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Ambient / Audiobulb / Electroacoustique / Electronica / Glitch / Monty Adkins

 liens

Audiobulb
Monty Adkins

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

On découvrait Monty Adkins il y a environ deux ans avec son superbe album Fragile.Flicker.Fragment, déjà publié chez Audiobulb. On était alors surpris par la tonalité de celui-ci, entre ambient et electronica alors que l’Anglais s’était surtout fait connaître jusque là pour ses expérimentations électroacoustiques. Fragile.Flicker.Fragment a eu un certain succès, aussi c’est toujours chez Audiobulb que l’on retrouve Monty Adkins qui affine ici son style.

À l’écoute des premières notes de Shibusa on pense d’abord que l’Anglais s’est mis à la musique néoclassique, à base de clarinettes. Lentes mélodies des cuivres, douceur et épure sont de mise. Monty Adkins prend ici le rôle de compositeur et la partition est interprétée par Heather Roche et Jonathan Sage. Les mélodies se dédoublent sur Sendai Threnody et a mi parcours l’électronique fait son apparition, discrète, sous forme de frétillements, bouillonnements, bruitages aquatiques et délicates ondulations. On pense alors à ces musiciens qui intègrent l’électronique avec parcimonie, et en particulier ici à Max Richter.
L’apaisement est de mise et se développe sur des pièces de 10-15 minutes, avec une approche un peu différente à chaque fois. Ainsi sur Entangled Symmetries c’est une électronique d’abord limpide qui domine, régulièrement habillée de souffles et crépitements, à laquelle vont se joindre des clarinettes aux tonalités plus légères. Électronique et acoustique se confondent et ne font plus qu’un dans cette ambient organique.

Autre approche ensuite avec Kyoto Roughcut sur lequel Monty Adkins nous donne l’impression de revenir à ses premières amours, à savoir une musique plus abstraite, plus électroacoustique, d’un style plus contemporain, évoluant au fil de ses 14 minutes vers une ambiant glitchy, dense et éclatante, fourmillant de grésillements, crépitements et autres fulgurances organiques qui pourront, dans les moments les plus explosifs, faire penser à Fennesz.
L’album se termine avec Permutations qui nous permet de revenir à l’apaisement. Un peu à la manière de l’ouverture, les clarinettes reprennent ici le dessus et concluent l’album dans un style très néoclassique, tout juste ponctué de quelques respirations électroniques.

Un superbe album d’une ambient organique.

Fabrice ALLARD
le 01/11/2013

À lire également

Quiet Noise
Audible Life
(Audiobulb)
Melodium
Luminol
(Audiobulb)
Monty Adkins
Fragile.Flicker.Fragment
(Audiobulb)