Philippe Gronon : In & Out

 date

du 29/10/2013 au 08/12/2013

 salle

Maison des Arts,
Grand-Quevilly

 appréciation
 tags

Maison des Arts / Philippe Gronon

 liens

Maison des Arts

 dans la même rubrique
du 27/09/2018 au 01/12/2018
Lucile Littot : Bons Baisers de la French Riviera
(Galerie Édouard-Manet)
du 11/09/2018 au 27/10/2018
Le Vingtième Prix de la Fondation d’Entreprise Ricard
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 02/06/2018 au 23/09/2018
Krijn de Koning : Des volumes et des vides
(LiFE)
du 30/06/2018 au 30/09/2018
Céleste Boursier-Mougenot : Fluides
(HAB Galerie)
JPEG - 29.3 ko
Tableau électrique n°2, laboratoire Central Color, Paris, 2010
(courtesy de l’artiste)

Croisé à l’exposition Echoes tenue il y a près de trois ans au Centre culturel suisse, Philippe Gronon avait pu proposer l’une de ses réalisations les plus courantes : la capture photographique d’objets à l’échelle 1 et leur reproduction brute et détourée. Pour In & Out, courte monographie que lui consacre la Maison des Arts de Grand-Quevilly (espace municipal de 200 m² de cette banlieue rouennaise), il reprend ce protocole en le centrant, cette fois-ci, sur des tableaux électriques. Le très fort réalisme qui se manifeste dans ces cinq photographies est tel qu’on en vient à scruter comme jamais ces appareils que, d’ordinaire, on remarque à peine, coffrés qu’ils sont.

JPEG - 27.5 ko
Vue de l’exposition

Si l’aspect imposant de ces tableaux électriques ressort sans difficulté, il est à mettre en balance avec l’objet d’étude des dix autres photographies présentées. En effet, ayant fait le choix de s’attacher à des tas de fumier, le Français en minimise la taille (pas d’échelle 1, évidemment) et opte pour un encadrement jouant également sur l’écrasement du sujet : large marie-louise blanche, baguette de bois, tout petit format du cliché. Le caractère monumental et peu ragoûtant de ces édifices disparaît alors, au profit d’une approche plus documentaire, renforcée par le noir et blanc des épreuves et leur accrochage sériel (strict alignement, comme s’il s’agissait de cartes postales anciennes). Du contraste entre les deux séries exposées (différence de taille, industriel contre organique, absence d’encadrement contre forte présence de celui-ci) naît alors une réflexion sur l’échelle de représentation et nous convainc de continuer à suivre la trajectoire de Philippe Gronon.

François Bousquet
le 04/12/2013

À lire également

du 28/01/2011 au 10/04/2011
Echoes
(Centre Culturel Suisse)