Alexei Borisov & Olga Nosova & Dave Phillips

Borinosophil

(Monotype Records / Metamkine)

 date de sortie

30/04/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental / Improvisation

 appréciation

 tags

Alexei Borisov / Ambient / Expérimental / Improvisation / Monotype Records

 liens

Alexei Borisov
Monotype Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Ayant eu le plaisir de découvrir en live le duo ASTMA formé par Alexei Borisov et Olga Nosova, nous étions très curieux de voir ce que ce type de formation pouvait produire sur disque. C’est donc avec plaisir que l’on retrouve le duo sur le label polonais Monotype Records, étendu au trio grâce à la présence de Dave Phillips.

Afin de présenter schématiquement la formation, on dira que les trois musiciens interviennent tous plus ou moins aux machines, voix et manipulation d’objets. C’est par leur instrument de prédilection qu’ils se distinguent puisque Alexei Borisov joue de la guitare, Olga Nosova intervient aux percussions, et Dave Phillips est en charge de la basse.
En concert, on avait été plutôt agréablement surpris par la manière dont ASTMA, a priori duo d’improvisateurs, avait l’art de retomber sur leurs pieds avec des séquences parfaitement construites. Certes, nous sommes ici sur un disque, ce n’est pas ASTMA mais une extension au trio avec la participation de Dave Phillips, mais ce constat reste vrai ici.

D’ailleurs même la lente introduction que constitue le premier morceau de Borinosophil nous rappelle de par sa forme l’introduction du concert d’alors. Tout doucement, l’auditeur pénètre dans l’univers du trio, sur des nappes feutrées, des micro-grésillements électroniques, une infra-basse. Petit à petit bien sûr l’improvisation prend le dessus avec une cascade de bruitages acoustiques, manipulations d’objets croisées aux crissements des traitements électroniques.
Mais on retrouve toujours un élément sur lequel l’oreille finit par accrocher, que ce soit la régularité de claquements électroniques, de boucles de sonorités nasillardes (piste 2), des field recordings d’oiseaux nocturnes (piste 3), ou deux accords qui balisent les 20 minutes de la piste 4, parsemée de cris, grognements monstrueux et coups sourds, parfaite bande son à un combat fatal contre des golems.

En guise de bouquet final, le trio nous offre un titre de 4-5 minutes, aussi inattendu qu’efficace, structuré autour d’une lente mélodie de basse. Une pop décadente, un disque ralenti, des voix fantomatiques. Un final de toute beauté et un album d’une agréable surprise.

Fabrice ALLARD
le 03/12/2013

À lire également

27/03/2011
Présences Electronique
(Le 104)
Alexei Borisov & Anton Nikkilä
Typical Human Beings
(N&B Research Digest)
Scanner + David Rothenberg
You Can’t Get There From Here
(Monotype Records)
Wastell & Marhaug
Kiss of Acid
(Monotype Records)