En Thulé froiduleuse

 date

du 07/11/2013 au 22/12/2013

 salle

Maison d’art Bernard Anthonioz,
Nogent-sur-Marne

 appréciation
 tags

Maison d’art Bernard Anthonioz

 liens

Maison d’art Bernard Anthonioz

 dans la même rubrique
du 06/09/2017 au 09/12/2017
Perpetual Construction
(CAB)
du 04/09/2017 au 10/11/2017
Les Bons Sentiments
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 19/06/2017 au 05/11/2017
Des Mondes Aquatiques #2
(FRAC Aquitaine)
du 01/07/2017 au 01/10/2017
Daniel Dewar & Grégory Gicquel : Le Nu et la Roche
(HAB Galerie)

Nom donné par l’explorateur Pythéas dans la Grèce antique à une île qu’il découvrit au nord de la Grande-Bretagne, Thulé a été depuis potentiellement identifiée comme étant l’Islande et donne donc son nom à une exposition regroupant quatre artistes contemporains. Beaucoup moins connue que la scène musicale de ce pays, la scène plasticienne islandaise bénéficie par conséquent d’un éclairage intéressant, permettant de mettre en lumière leurs créations, régulièrement décalées, voire burlesques.

JPEG - 33.9 ko
Sigurður Guðmundsson - Cogito Ergo Sum

Sous ce jour, c’est indéniablement Sigurður Guðmundsson qui se positionne le plus ouvertement sur ce créneau, avec ses vidéos dans lesquelles il se met en scène (s’écrasant des œufs sur son crâne chauve, mastiquant celui-ci d’une main pendant qu’il triture un chou-fleur de l’autre), ses photos où il se présente accompagné d’un ventilateur ou d’un accordéon et cette sculpture d’un chien regardant un tableau noir sur lequel est inscrit « cogito ergo sum » tandis qu’une pancarte « I can’t read » est accrochée à sa queue. Goût d’une certaine distance et surréalisme légèrement poétique irriguent ainsi ses travaux. Approche également imagée chez Kristleifur Björnsson qui dispose des vitrines contenant des nuisettes devant des photos grand format voyant des lits recouverts d’autres nuisettes.

JPEG - 26.4 ko
Vue de l’exposition (oeuvres d’Ólöf Nordal)

Apparaît alors un souci de la narration, laissant au spectateur le soin de forger l’histoire ayant conduit à la situation présentement captée par l’artiste. Une telle dimension se croise aussi dans la vidéo de Sigurður Guðjónsson dans laquelle l’Islandais se promène sur des rochers surplombant les rapides d’une rivière, sans rien savoir de ce qui l’y a conduit. Chez Ólöf Nordal, le souvenir d’histoires passées est encore plus vivace puisqu’il capture en photographie des moulages de mains, des bustes en plâtre, des mèches de cheveux provenant tous d’Islandais d’extraction simple (paysan, servante, mécanicien). Saisis à la manière des expositions d’anthropologie s’arrêtant sur des parties du corps de personnages importants, ces résidus visent alors à un égalitarisme certain.

François Bousquet
le 24/12/2013

À lire également

du 01/06/2011 au 17/07/2011
Jason Glasser : Heads Up
(Maison d’art Bernard (...))
du 18/02/2016 au 30/04/2016
Sur le Motif
(Maison d’art Bernard (...))
du 06/06/2013 au 21/07/2013
Clément Rodzielski : (...)
(Maison d’art Bernard (...))
du 07/09/2013 au 20/10/2013
Lina Viste Grønli : (...)
(Maison d’art Bernard (...))