Arovane

Ve Palor

(n5MD / Import)

 date de sortie

08/10/2013

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

15 extraits en streaming

 tags

Arovane / Electronica / n5MD

 liens

Arovane
n5MD

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

À l’été 2004, on stigmatisait le fait que cela faisait quatre ans qu’Arovane n’avait pas sorti de nouvel album et on relatait alors l’attente suscitée par Lilies, troisième long-format de l’Allemand. Que dire alors, près de dix ans plus tard quand paraît Ve Palor, disque qu’on n’attendait plus, dès lors que le précédent avait été annoncé comme le dernier de la carrière du Berlinois ? Lorsque n5MD avait ressorti, début 2013, Cycliph, EP paru uniquement en 12" sur le défunt label DIN en 2002, on s’était réjoui, apprenant, dans le même mouvement, la préparation d’un nouveau long-format. Au moment d’entamer la recension de ce Ve Palor, c’est donc avec un enthousiasme peut-être un rien trop marqué, à même d’atténuer toute distance critique, qu’on aborde les quatre-vingt-deux minutes, réparties sur quinze morceaux (trois de moins si on opte pour la version CD, par rapport à la version digitale), composées par Uwe Zähn.

Passés deux premières pistes qu’on pourrait qualifier d’introductives, le morceau-titre et ses sept minutes quarante font rentrer de plein pied dans l’album et permettent de retrouver tout ce qui fait le charme de la musique d’Arovane et de cette electronica qu’on chérissait tant il y a une dizaine d’années : rythmiques franches sans être agressives, léger concassage des sonorités, mélodies présentes mais ne prenant pas toute la place, chromatisme lumineux et ensemble entraînant. Schéma similaire sur des titres placés plus loin dans le disque, à l’image de Cae Nij. Qu’on ne se méprenne pas pour autant, le tout ne vire jamais à l’exercice de style un peu froid ou clinique, suffisamment de chaleur enrobant les composantes employées par Uwe Zähn (Deev) et quelques incursions de « vent électronique » venant, de surcroît, apporter leur concours (Ioqu).

De manière plus générale, Ve Palor s’apparente à une forme de retour à ce qu’Arovane pouvait développer dans la première partie de sa carrière ; en témoignent notamment les polyrythmies qui scandent l’album, présentes ainsi dans des morceaux comme C Ll Lt, Cleiy ou Leptr. Rien de très étonnant d’ailleurs lorsqu’on apprend que les quinze morceaux présents sur ce disque ont été composés entre 2002 et 2013, confirmant alors la cohérence du propos de l’Allemand, même par-delà une décennie.

François Bousquet
le 28/12/2013

À lire également

SubtractiveLAD
Apparatus
(n5MD)
V/A
Documenta
(Agenda)
V/A
Electronic 01
(Mute)
Vesna
Snow Sences
(n5MD)