Tim Hecker

Virgins

(Kranky / Differ-ant)

 date de sortie

14/10/2013

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Expérimental / Kranky / Tim Hecker

 liens

Tim Hecker
Kranky

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Après plusieurs albums enregistrés principalement en solitaire, Tim Hecker s’est adjoint le concours de cinq musiciens pour réaliser Virgins. Capté à Reykjavik, Montréal et Seattle, ce nouvel album voit le Canadien choisir une veine plus expérimentale que sur ses dernières productions, davantage tournées vers l’ambient et le néo-classique. De fait, la participation de Ben Frost, Grímur Helgason, Kara-Lis Coverdale, Paul Moore et Valgeir Sigurðsson lui permettent d’élargir sa palette sonore pour livrer des titres aux instrumentations plus riches et plus variées. Musicalement, l’ensemble se veut plus dense également, allant vers davantage de dureté aussi, notamment en raison de l’intervention de nombreuses formes percussives.

Rendant l’écoute parfois malaisée, surtout quand elles sont combinées avec de la saturation et des grésillements poussés (Live Room), ces composantes ne sont que rarement contrebalancées par les teintes plus claires et lumineuses que peuvent apporter, par exemple, un piano. De manière plus générale, s’imprègne le sentiment d’être face à une volonté de Tim Hecker de triturer au maximum ses sonorités et celles de ses congénères ; habile mise en danger, ce parti pris n’est cependant pas sans risque, éprouvant l’auditeur par ces secousses.

Au milieu de ces morceaux, quelques (rares) pistes plus apaisées, à l’image de Black Refraction, mettant en avant un clavier aux mélodies tout juste concassées, fort bien accueilli au sortir de plages plus abrasives. Enfin, tout au bout de Virgins, apparaissent des rythmiques plus métronomiques, parfaits compléments des accords quasi-psychés alors convoqués. Comme on a souvent l’occasion de le souligner, cette ouverture caudale laisse peut-être augurer de futurs développements, dans lesquels on suivra probablement davantage le Canadien qu’avec ce présent album.

François Bousquet
le 10/01/2014

À lire également

Brian McBride
When The Detail Lost Its Freedom
(Kranky)
Windy & Carl
We Will Always Be
(Kranky)
White Rainbow
Prism of Eternal Now
(Kranky)
Pan American
White Bird Release
(Kranky)