Kink Gong

Remix Series

(PPT/Stembogen / Metamkine)

 date de sortie

00/04/2012

 genre

Electronique

 style

Expérimental / World / Field Recordings

 appréciation

 tags

Expérimental / Field Recordings / Kink Gong / PPT/Stembogen / World

 liens

PPT/Stembogen
Kink Gong

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Colossal, monstrueux, tels sont les premiers mots qui nous viennent à l’esprit alors que l’on se met en tête de chroniquer ces Remix Series. Disponibles à l’unité, les cinq CDs dont nous allons parler ici sont également rassemblés dans un coffret qui va nous faire parcourir le Sud-Est asiatique, à la rencontre de minorités ethniques, pour certaines menacées de disparition.
Kink Gong est le projet de Laurent Jeanneau que nous avions malheureusement raté alors qu’il assurait avec Li Dai Guo la première partie d’une soirée du dernier festival Sonic Protest 2013. Depuis une quinzaine d’année, le Français enregistre des voix, instruments, musiques à travers le Cambodge, la Chine (où il vit actuellement), le Laos, le Vietnam ou encore le Xinjiang, une région du Nord-Ouest de la Chine. Sur ces cinq disques, l’artiste compile, colle, et découpe ses enregistrements, les laissant parfois à l’état brut, s’en servant par ailleurs de matière première à ses expérimentations électroniques.

JPEG - 17 ko

Il serait fastidieux et répétitif de parcourir ici les cinq disques qui composent ce coffret. Nous allons donc principalement mettre l’accent sur quelques séquences, quelques éléments qui permettent de distinguer ces différents enregistrements. D’une manière générale et de part la nature du travail réalisé (collages, cassures, alternance de musique et non musique), le résultat reste assez expérimental. Le tout est abstrait, mais composé d’éléments concrets qui sont eux porteurs d’émotion. L’auditeur, habitué à être spectateur, est ici aux côtés de Laurent Jeanneau, à l’image de cette séquence à 47-52mn de Cambodia Remix. Le son nous entoure, les oiseaux au loin, des ustensiles métalliques qui s’entrechoquent, le chant d’une femme que l’on vient de rencontrer et avec laquelle s’improvise un bœuf aux airs de musique traditionnelle.
Mais ce qui nous surprend surtout, c’est la façon dont l’artiste s’approprie, reconstruit et modernise ses enregistrements, avec par exemple ce passage à 25-26mn de ce même disque, lors duquel un laptop se met à frétiller, à syncoper nappes et field recordings au profit d’une "glitch-tronica" du plus bel effet. Dans le même esprit, on restera scotché aux alentours des 28-30mn de China Remix, avec une ambient glitch rendue mélodique par la fusion d’un luth et du chant d’un homme.

JPEG - 15.6 ko

Le croisement entre tradition et modernité est donc parfaitement réussi, mais on aura l’impression que le Français s’efface un peu sur les deux derniers disques, laissant une part plus importante à ses enregistrements bruts, s’effaçant devant la beauté de ces musiques d’un autre monde. L’ouverture de Vietnam Remix par exemple est particulièrement émouvante, entre chœurs et canon à 10 voix sur lesquelles se superposent des nappes de khên. Toujours au Vietnam, on retiendra également ce superbe chant traditionnel (37-40mn) sur lequel bidouillages et expérimentations électroniques apportent un certain relief.
On terminera le voyage dans la région du Xinjiang dont on retiendra là aussi deux instants lors desquels la magie opère. Tout d’abord un très beau chant sur une superposition de dongbras (un luth à 2 cordes) aux alentours des 7-10mn. Un peu plus loin, on a droit à une interview tirée d’une émission de radio sur laquelle Laurent Jeanneau vient plaquer une magnifique mélodie de dongbra kazakhe (si on a bien suivi le descriptif du disque).

Le projet est donc toujours à cheval entre composition musicale et documentaire. Mais ce sont bien ces enregistrements rares qui sont mis en avant, comme un hommage à ces peuples, la pochette de chaque disque décrivant précisément la source de tous les sons, bruits et musiques utilisés. Un travail colossal et un résultat à la hauteur.

Fabrice ALLARD
le 02/01/2014

À lire également

Mokuhen
Kazagumo
(PPT/Stembogen)
Vincent Epplay
Le disque contre l’insomnie
(PPT/Stembogen)
Portradium
Posters EP
(PPT/Stembogen)
GOL
3-CD-BOX
(PPT/Stembogen)