Joe Evans

Ecliptic Plane

(Runningonair Music / Import)

 date de sortie

01/05/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Expérimental

 appréciation

 tags

Ambient / Drone / Expérimental / Joe Evans / Runningonair Music

 liens

Runningonair Music

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Après trois chroniques d’albums publiés sur le label anglais Runningonair Music, nous voici sur le point d’écrire à propos d’une production du fondateur de cette structure, Joe Evans. Sans même connaître cet artiste, on est assez excité à l’idée de découvrir le travail de celui qui fait preuve de choix judicieux dans la gestion de son label. C’est donc en toute confiance que l’on aborde ici son troisième album.

Le titre de l’album, des morceaux, l’illustration de la couverture, tout ici fait référence à l’espace, l’astronomie. Une thématique qui, si elle n’est pas toujours aussi clairement annoncée, nous passe souvent par l’esprit à l’écoute de musiques électroniques et tout particulièrement ambient. Joe Evans réalise ici un concept album autour de la troisième piste intitulée Ecliptic Plane, composée dans le cadre d’une exposition dans une galerie d’art. L’idée qui était de travailler sur la synchronisation des mouvements des planètes avec leurs satellites se déploie sur cette pièce de 16 minutes, avec toutes les 2 minutes un changement de procédé. Une pièce très riche qui nous permet de découvrir l’ensemble du champ d’exploration de Joe Evans : puissantes nappes grésillantes, mélodies de pianos, glitchs, kalimba, ondes radios brouillées, drones, mélodies fragiles, sirènes, basses saturées, etc... Un travail à la fois expérimental et sensible qui se prolonge sur une vidéo mettant en scène le ballet des planètes et lunes de notre système solaire, avec une épure exemplaire.

Une pièce extrêmement riche, qui est à l’origine de l’album, mais qui reste à part, complètement différente des 4 autres morceaux, plus portés sur le minimalisme. L’album est une parenthèse qui s’ouvre sur Receding Sun et prend fin avec Approaching Sun, deux titres faisant la part belle à de puissants drones d’orgues nasillards se succédant par vagues, tendance minimaliste et hypnotique. On sera d’ailleurs étonné d’apprendre que comme l’ensemble de l’album, ces pièces ambient sont composées via l’interprétation de données mathématiques en lien avec leur sujet que ce soit le soleil ici ou les objets qui composent le Nuage d’Oort sur Oort Cloud.
D’une durée de 18mn, cette pièce se révèle être extrêmement minimale, présentant des boucles de tintements et pulsations de basses dont la fréquence évolue en permanence. En reprenant un peu le principe, Resonant TNOs est peut-être plus étonnant avec son solo de piano. Les mathématiques au service d’une pièce néoclassique de toute beauté.

On s’en doutait, Ecliptic Plane se place tout à fait dans la lignée des précédentes sortie du label. Un album riche, que ce soit en expérimentations et en émotions.

Fabrice ALLARD
le 08/01/2014

À lire également

Guy Birkin
Symmetry-Breaking
(Runningonair Music)
Stephen Christopher Stamper
Echoic
(Runningonair Music)
Regolith
And...
(Runningonair Music)
Guy Birkin
Tintinnabuli Mathematica - Vol. I
(Runningonair Music)