Orphax

Confused

(Autoproduit / Internet)

 date de sortie

01/05/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Drone / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / Autoproduit / Drone / Minimal / Orphax

 liens

Orphax

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Orphax est le projet musical de Sietse van Erve, artiste néerlandais dont nous n’avons jamais parlé sur ces pages. Il est responsable du label Moving Furniture Records que nous avons quant à lui évoqué lors de chroniques d’albums de Rose and Sandy et Ubeboet. Étrangement, Sietse van Erve ne sort pas ses propres disques sur son label (il commencera seulement en 2013). Ils sont pour la plupart auto-produits, à l’image de ce Confused, disponible en petite quantité en CDR et téléchargeable via Bandcamp.

Depuis une dizaine d’années maintenant, le Néerlandais produit une musique ambient, plutôt minimale, parfois sombre, depuis quelques temps très portée sur les drones. C’est justement dans cette veine que ce situe Confused, un album d’une trentaine de minutes et composé d’une pièce unique.
Le disque s’ouvre sur des cordes grinçantes, puissantes, peut-être une guitare jouée à l’archet ou à l’e-bow. Le son est linéaire, stable, épuré, simplement beau. Puis cette première strate se dédouble, dans les aigus d’abord, puis dans les graves, gagnant en amplitude, en profondeur. Ce sont alors les graves qui assurent une base stable, un drone sur lequel les nappes se mettent à osciller, les cordes à frétiller de manière chaotique, alors responsables du principal mouvement de cette pièce.

A mi-parcours, le ton se fait un peu plus sombre. Des nappes fantomatiques font leur apparition sous forme de souffles profonds, le son se fait de plus en plus dense, les tournoiements de cordes deviennent métalliques et les souffles graves se mettent à saturer alors que le son s’éloigne progressivement.
Durant une trentaine de minute, l’auditeur se retrouve aspiré, comme détaché du réel et lâché dans une bulle à la fois douce et brumeuse. Une jolie pièce pour amateur de drones et d’épure.

Fabrice ALLARD
le 12/01/2014

À lire également

Accrual
Cheophiori
(Moving Furniture Records)