Rafael Anton Irisarri

The Unintentional Sea

(Room40 / Import)

 date de sortie

10/12/2013

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Rafael Anton Irisarri / Room40 / The Sight Below

 liens

Rafael Anton Irisarri
The Sight Below
Room40

 autres disques récents
Gratuit

(Ego Twister)
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)

Des publications de Rafael Anton Irisarri en solitaire, ces pages auront pour l’instant simplement relaté Daydreaming, premier album paru en 2007. Depuis, nous avons fait état de ses travaux sous le nom de The Sight Below ou bien au sein du duo Orcas (dont on nous annonce un nouvel effort pour le printemps 2014) mais ne sommes point revenus vers celui qui, six ans auparavant, avait livré un long-format entre ambient et néo-classique. Assurément, ses productions parallèles et le temps passé ont fait évoluer l’États-unien vers quelque chose de plus sombre et dense auquel l’écoute en vinyle (The Unintentional Sea ne paraissant, pour les supports physiques, qu’en LP) se prête particulièrement bien.

De fait, les cinq longs morceaux de l’album (entre six minutes vingt et dix minutes quarante) nécessitent de s’y plonger avec attention et concentration, de façon à distinguer véritablement les multiples composantes des textures riches et composites mises en place par Irisarri. Sous ce jour, les craquèlements et mini-oscillations convoquées parviennent à éveiller l’intérêt de l’auditeur qui se reportera également à la note d’intention du musicien pour y découvrir qu’il s’agissait de s’inspirer de la Salton Sea, lac intérieur de Californie, créé au début du XXe siècle à la suite d’une crue du Colorado (d’où le caractère non intentionnel de son existence).

Pour autant, alors que ce contexte de départ comme les deux premiers morceaux du disque pouvaient le laisser imaginer, Rafael Anton Irisarri écarte par la suite toute atmosphère plombée pour s’attacher à des climats moins lourds et pesants, voire parcourus de quelques touches chromatiques (Daybreak Comes Soon). De même, il sait habilement jouer sur la montée en puissance avec la saturation progressive utilisée dans Lesser Than The Sum Of Its Parts, belle conclusion d’un album cohérent et prenant.

François Bousquet
le 12/02/2014

À lire également

Erik Griswold
Pain Avoidance Machine
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Mirror
(Room40)
Chihei Hatakeyama
Moon Light Reflecting Over Mountains
(Room40)
Eugene Carchesio
Circle Music
(Room40)