Philippe Petit & Friends

Eugénie

(Alrealon Musique / Code7 / Plastic Head)

 date de sortie

28/05/2012

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Musique Concrète / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Alrealon Musique / Expérimental / Musique Concrète / Néo-Classique / Philippe Petit

 liens

Philippe Petit
Alrealon Musique

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Eugénie est un vinyle 10" publié par le label Alrealon Musique qui nous permet de retrouver Philippe Petit et ses amis. Un maxi dont le sujet est Eugénie Petit-Ginoux, la fille de l’artiste âgée de 4 ans lors de la sortie du disque. Elle a d’ailleurs participé à sa façon puisqu’elle est responsable de la pochette (avec l’aide de la maman) et de quelques voix que l’on trouvera en face B.

On est désormais assez habitué au travail de Philippe Petit, s’appuyant généralement sur des expérimentations électroniques de platiniste, des field recordings et manipulations d’objets, quelques amis musiciens venant en renfort pour des apports mélodiques que l’on trouvera ici nettement plus présents que d’accoutumé. Certes, les bruitages métalliques et autres bris de verre de An Air Of Intrigue confèrent à cette pièce une indéniable dimension expérimentale,mais les mélopées de cordes nous font presque penser à une musique néoclassique déglinguée qui se poursuit sur Clapoutique, avec la participation de Monty Adkins et une guitare que l’on croirait désaccordée. Plus on avance dans le disque, et plus on est captivé par ce qui s’y passe, avec ce Pyramid Of The Moon qui puise tout autant dans les musiques néoclassiques que psychédéliques, avant de s’achever sur une superbe néo-folk basée sur un duo violon/guitare.

Sur la face B, Philippe Petit est seul aux manettes si l’on fait abstraction de la voix de sa fille. Du coup le résultat est autrement plus expérimental, basé sur des collages sonores qui nous font penser à une musique concrète, avec des boucles de hululements, grincements de cordes, froissements grésillants de plus en plus denses, et une voix, traitée et aérienne.

Un maxi fidèle, et à la hauteur des précédents travaux de Philippe Petit.

Fabrice ALLARD
le 06/03/2014

À lire également

Philippe Petit
Fire-Walking to Wonderland
(Aagoo)
Philippe Petit
Oneiric Rings On Grey Velvet
(Aagoo)
Philippe Petit & Friends
Silk-Screened
(Trace Recordings)