Isnaj Dui

Abstracts On Solitude

(hibernate / Import)

 date de sortie

08/06/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal

 appréciation

 tags

Ambient / hibernate / Isnaj Dui / Minimal

 liens

hibernate
Isnaj Dui

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

C’est grâce au label hibernate que l’on découvre enfin Isnaj Dui, Katie English de son vrai nom. La jeune femme sortait depuis 2005 ses productions en majeure partie sur son propre label FBox Records. Elle gagne ensuite un peu de visibilité avec un album publié par Home Normal en 2009, puis quelques EP chez Rural Colours avant de signer chez hibernate pour Abstracts On Solitude. Une collaboration qui dure puisque 4 EP ont déjà vu le jour chez hibernate depuis la sortie de cet album.

On le remarque dès les premières notes, Katie English a une approche bien différente des artistes que l’on trouve généralement sur ce type de label. Alors que l’on s’attendait à une (classique) musique ambient soutenue par une structure à base de drones et field recordings, c’est une mélodie de flûtes aériennes qui ouvre le dissque sur une courte introduction que l’on qualifiera d’ambient-world tellement l’intonation de ces mélopées nous transporte.
D’un format assez habituel sur ce type de musique, les cinq pièces qui suivent prolongent chacune le voyage sur 7-8 minutes, autant d’instants d’apaisement et de contemplation. On découvre ainsi l’approche de cette artiste, avec une teinte acoustique clairement mise en avant, tandis que l’électronique se fait discrète et organique, ponctuant délicatement le très beau What Lies Inside.

Petit à petit on se rend compte que la jeune femme joue avec un certain minimalisme, lui aussi assez caractéristique de cette vague ambient. Les mélodies de Quarter Wave sont clairement répétitive, et une percussion régulière ne nous lâchera pas de tout le morceau.
Peripheral Motion sort du lot de part l’absence de flûte. Ici c’est un instrument à cordes qui mène la danse, à priori un luth, entre pincements et montée de grincements qui en font la pièce la plus expérimentale de l’album. Pour le reste, c’est dans un état de contemplation que nous plonge ce disque, que le ton soit un peu sombre, à l’image du caudal The Last Will Become A Darker Gray, ou plus aéré et bucolique comme Nature Of Light que l’on croirait sorti d’une production ECM.

Ambient acoustique, flottante, à la fois minimale et abstraite, la musique d’Isnaj Dui est un ravissement, un dépaysement d’une fraicheur déconcertante.

Fabrice ALLARD
le 29/03/2014

À lire également

Umchunga
Should Have Been Done By Now
(hibernate)
Marc Ostermeier
Lakefront
(hibernate)
Félicia Atkinson
The Driver
(hibernate)
Wil Bolton
Under A Name That Hides Her
(hibernate)