Regolith

And...

(Runningonair Music / Import)

 date de sortie

08/06/2012

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 tags

Electroacoustique / Expérimental / Regolith / Runningonair Music

 liens

Runningonair Music
Regolith

 autres disques récents
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)
(ghost)
The First Time You Opened Your Eyes
(Sound in Silence)

Depuis presque trois ans que l’on a découvert le label Runningonair Music, nous n’avons jamais été déçu par cette structure dirigée par Joe Evans. Le label a une activité régulière avec environ 4 nouvelles productions par an, toujours en CDR et limitées à 100 exemplaires, avec comme centre d’intérêt la science, la technologie et les mathématiques. Les styles musicaux quant à eux peuvent varier et cet album du duo londonien Regolith en est encore la preuve.

Duo londonien donc, formé en 2005 par Dave Graham et Graeme Ross. Regolith est leur projet le plus ambitieux sachant que par ailleurs (et dans le passé) les deux hommes ont produit chacun de leur côté des musiques électro/IDM ou électro-pop (publié notamment chez Angelika Köhlermann). Absolument rien à voir avec l’album qui nous intéresse ici puisque celui-ci s’ouvre sur des abstractions électroacoustiques de guitare, ondes radio, cordes et autres interjections électroniques. Une entrée en matière un peu difficile et inattendue à laquelle le label ne nous avait pas habitué.
Plus classique ensuite, les effets de hachage ou cassure de Happy Summer Days, un peu à la manière d’un CD rayé, sur une mélodie de piano. Et du chaos émerge la beauté puisque ces cassures servent de tempo sur lequel une nouvelle mélodie de piano va venir se caler. Rythmique et subtilement répétitive, cette mélodie nous fait énormément penser aux travaux de Steve Reich, en particulier quand des marimbas viennent souligner le propos.

La suite de l’album est construite à peu près selon le même principe, avec un ou deux intermèdes sur lesquels le duo s’aventure vers d’autres styles, suivis d’une longue pièce plus acoustique et jouant avec les boucles et répétitions. Ainsi Now Everybody ressemble à un trip psychédélique, avec In Darkness And Distance le duo s’aventure vers une musique néoclassique ponctuée de flatulences électroniques, puis on revient à une composition très acoustique et répétitive avec le très orchestral Another Orphan.
The Way Out conclut l’album de la même manière, mais en une pièce de plus de 16mn. Une base répétitive invitant marimba et clarinette dans une lente progression ponctuée de bidouillages et crissements numériques, petit break et superbe reprise cette fois à base de cloches et bruitages de R2D2. Un petit bijou !

Encore une fois, Runningonair nous surprend en alliant magistralement mélodies sensibles et expérimentations exigeantes.

Ci-dessous 3 morceaux de l’album en écoute intégrale :

Fabrice ALLARD
le 12/05/2014

À lire également

Daniel W J Mackenzie
’Return Written Arrange’
(Runningonair Music)
Guy Birkin
Tintinnabuli Mathematica - Vol. I
(Runningonair Music)
Guy Birkin
Symmetry-Breaking
(Runningonair Music)
Stephen Christopher Stamper
Begin Anywhere
(Runningonair Music)