Le Regard du Nageur

 auteur

Christèle Tual

 metteur en scène

Ludovic Lagarde et Lionel Spycher

 date

du 12/05/2014 au 24/05/2014

 salle

Théâtre Ouvert,
Paris

 appréciation
 tags

Christèle Tual / Théâtre Ouvert

 liens

Théâtre Ouvert

 dans la même rubrique
du 21/09/2016 au 08/10/2016
Nobody
(Théâtre Monfort)
du 10/05/2016 au 04/06/2016
Je suis Fassbinder
(Théâtre de la Colline)
du 17/03/2016 au 03/04/2016
En Route – Kaddish
(Nouveau Théâtre de Montreuil)
du 16/03/2016 au 26/03/2016
L’Adversaire
(Théâtre Paris-Villette)

Pour son premier spectacle, Christèle Tual n’a pas forcément fait dans la facilité puisqu’il s’agit du premier texte écrit par cette comédienne, seule en scène pour interpréter sa propre création, monologue d’une grosse heure autour d’un sujet ouvertement autobiographique : la remontée à la surface d’une femme à la suite d’une douloureuse rupture amoureuse. Dans un espace clos, entre vestiaire collectif de piscine (grande banquette, carreaux de carrelage) et pédiluve (pellicule d’eau sur le sol), qui pourrait également figurer une sorte de purgatoire par lequel le personnage est obligé de passer, le spectacle débute par une suite d’impressions décousue. Réflexions sur soi, considérations sur son état d’esprit et regards sur un groupe de touristes « à sac à dos intégré » parcourent cette première partie plutôt absconse.

À mesure que Le Regard du Nageur se déploie, Christèle Tual reprend pied, évoque plus franchement sa rupture, en vient à séduire à nouveau et se trouve alors entourée de plusieurs animaux en bouées gonflables. Apportant un décalage comique par leur simple présence (envahissante qui plus est, dans cet espace réduit), ils complètent la panoplie des béquilles habituelles du monologue convoquées par l’artiste et ses deux metteurs en scène (Ludovic Lagarde et Lionel Spycher) : accessoires, travail sur la lumière et le son, perruques et coiffures changeantes pour varier le propos. Parmi cette liste, on mettra surtout en exergue le beau travail sur le son : écho plus ou moins présent, voix en direct ou via un petit micro, inflexion de la tessiture vocale ; autant de moyens de symboliser l’évolution d’un personnage qui, bien qu’ayant souffert, continue à nager.

François Bousquet
le 17/05/2014

À lire également

du 21/09/2015 au 10/10/2015
L’Incroyable Matin &
(Théâtre Ouvert)