Rechenzentrum

 date du concert

17/03/2004

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Centre Pompidou / Rechenzentrum

 liens

Rechenzentrum
Centre Pompidou

Régulièrement de passage sur Paris, les allemands de Rechenzentrum se produisaient cette fois au Centre Pompidou alors que vient de sortir leur troisième album, Director’s Cut, chez Mille Plateaux (les précédents étant chez Kitty-Yo). Celui-ci se présente d’ailleurs sous la forme d’un double CD, le second disque étant un DVD qui leur permet de présenter leurs visuels. On retrouve le même duo sur scène, soit Marc Weiser pour la musique et Lillevän pour les visuels.

Grosse surprise pour commencer avec un morceau plus proche de la musique contemporaine électroacoustique que de l’electronica. En fait Director’s Cut débute de la même manière avec un extrait de remix du Persepolis de Iannis Xenakis. Autre surprise avec pour enchaîner un extrait de Flohturm, un magnifique morceau composé avec Column One et qui figure justement sur leur dernier album The Audience Is Sleeping, avec tintements de cloches, cordes graves, et bruits de passages de voitures.
Après cette superbe introduction on retrouvera enfin véritablement Rechenzentrum, mais malheureusement on sera moins convaincu par la suite. Des morceaux qui se prolongent à l’infini et qui finissent par lasser avec une base rythmique assez minimale et linéaire sur laquelle se posent des éléments mélodiques variés : notes de piano, mélodie de saxo jazzy, cordes langoureuses ou autres bleeperies électroniques. L’ensemble du concert au tempo relativement calme passait en revue des influences diverses, quelques passages un peu dub, quelques rythmiques plutôt house, mais on préférera celles plus minutieuses d’une techno minimale laissant plus de marge de manoeuvre aux éléments mélodiques, aux improvisations électroacoustiques, à des samples de machines ajoutant à l’aspect mécanique du rythme.
Le dernier quart d’heure nous paru également plus intéressant, avec changement de rythmique (plus proche de la batterie) et une orchestration plus riche, une musique globalement plus tendue.

Du côté des visuels également, des hauts et des bas. Beaucoup de choses très abstraites, généralement très réussies tandis que les inserts d’éléments réels n’apportaient en général pas grand chose. La synchronisation musique/vidéo n’était quant à elle pas toujours effective ce qui n’est en soit pas vraiment gênant, sauf que là, quand même, la chose était présentée ainsi...
Bilan mitigé. Bien, sans plus. On verra prochainement comment se présentent les choses sur l’album et le DVD.

Fabrice ALLARD
le 22/03/2004

À lire également

17/09/2000
Ma Cherie For Painting -
(Cité des Sciences)
Rechenzentrum
The John Peel Session
(Kitty-Yo)
16/03/2001
Festival EXIT : Column
(Maison des Arts)
13/12/2002
Laub - Rechenzentrum
(Recyclart)