V/A

Echtzeitmusik Berlin

(Mikroton Recordings / Metamkine)

 date de sortie

02/07/2012

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Improvisation / Jazz / Krautrock / Minimal / Noise / Free

 appréciation

 tags

Alessandro Bosetti / Anthea Caddy / Axel Dörner / Boris Hauf / Buckarhd Beins / Chris Abrahams / Christof Kurzmann / Clare Cooper / Derek Shirley / Expérimental / Free / Hanna Hartman / Ignaz Schick / Improvisation / Jazz / Krautrock / Lucio Capece / Margareth Kammerer / Mikroton Recordings / Minimal / MoHa ! / Noise / Paul Lovens / Perlonex / Static / Thomas Ankersmit / Werner Dafeldecker

 liens

Static
Axel Dörner
Boris Hauf
Hanna Hartman
Lucio Capece
Thomas Ankersmit
Buckarhd Beins
MoHa !
Ignaz Schick
Clare Cooper
Alessandro Bosetti
Mikroton Recordings

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

Echtzeitmusik Berlin est une énorme compilation composée de 3 CDs remplis à ras bord. Nous en parlons ici pour la musique en elle-même, mais aussi pour parler de Mikroton, le label qui l’a produit et sur lequel nous n’avons jamais pris le temps de nous arrêter. Mikroton est un label russe fondé en 2009 et basé à Moscou. Sa ligne artistique tourne autour des musiques improvisées et expérimentales au sens large, avec un catalogue qui ravira les amateurs des Instants Chavirés "parisiens" puisque l’on y retrouve des artistes tels que Jason Kahn, Günter Müller, eRikm, Chris Abrahams, Lucio Capece, Alessandro Bosetti ou encore Keith Rowe.
Cette compilation met à l’honneur la foisonnante scène musicale berlinoise, sachant que l’Echtzeitmusik scene est une appellation créée au milieu des années 90 afin de définir cette jeune scène musicale tournant autour des musiques improvisées, du free jazz, des musiques nouvelles et expérimentales.

Étant donné le nombre d’artistes ici présents nous allons faire un rapide balayage de ces trois CDs en se focalisant sur les moments que l’on trouvera les plus marquants. Le registre sonore étant large mais tout de même très axé sur les musiques improvisées, la première surprise est de voir Michael Vorfeld ouvrir la compilation sur une pièce électronique minimaliste, composée de pulsation de basses, grésillements et ampoules électriques... Un peu plus loin on découvre Sink, un quatuor axé autour de la guitare d’Arthur Rother qui délivre une musique mélodique, proche d’un post-rock habillé d’accompagnement improvisés, puis on aura plaisir à retrouver Thomas Ankersmit et son électronique foisonnante.
Parfois ce sont les enchainements qui nous surprennent, voire la construction de certains morceaux. Ainsi le duo formé par Tony Buck (batterie) et Axel Dörner (trompette) retient notre attention avec une pièce parfaitement symétrique dans laquelle la batterie s’efface progressivement pour laisser la place aux souffles abstraits et grésillants du cuivre. Là dessus, on enchaîne avec The Magic I.D., un quatuor dans lequel on retrouve Margareth Kammerer et Christof Kurzmann. Là encore, le groupe surprend par le registre musical, alliant chant, ballade de guitare et ondulations de clarinette.
Pour finir sur ce premier CD, impossible de passer sous silence le travail de The Pitch Extended. Il s’agit en fait d’un quatuor dénommé The Pitch auquel se sont joint quelques invités. Au programme, plus de 15 minutes d’une ambient-drone composée à partir d’orgue, clarinettes, vibraphone, violon et tuba, de toute beauté !

Un excellent premier CD, qui brille par son éclectisme, et du coup entraîne une petite déception à l’écoute du deuxième disque très axé sur des impros jazz et électro-acoustiques. Certes, on commence avec une ouverture noise assurée par MoHa !, mais c’est ensuite une pièce de Phosphor que l’on retient pour son approche ambient, douce et pointilliste avec notamment Burkhard Beins, Axel Dörner, Annette Krebs, Andrea Neumann et Ignaz Schick aux manettes. La compilation met bien en évidence l’effervescence de cette scène musicale et toutes les connexions entre artistes d’univers variés, se produisant tantôt dans une formation peut-être éphémère, tantôt en solo comme Annette Krebs que l’on retrouve un peu plus tard dans un collage de spoken word et field recordings.
À propos de collaboration et de mélanges improbables, Chris Abrahams travaille avec Clare Cooper sous le nom de Germ Studies pour nous présenter un dialogue pointilliste entre synthé et guzheng (une cithare chinoise). Dernière surprise ici, Lucio Capece en solo avec une palette sonore élargie avec cuivres et électronique.

Le troisième CD s’ouvre plein d’entrain avec le krautrock de The Understated Brown, une formation de Boris Hauf mêlant orgues et percussions. On est ensuite en terrain plus connu puisque l’on retrouve l’electronica de Static (Hanno Leichtmann), puis le spoken word d’Alessandro Bosetti.
Plus surprenant, limite magique, le duo formé par Nicholas Bussman et Werner Dafeldecker qui ont l’air de donner des coups sur leurs instruments (violoncelle et contrebasse), produisant une musique minimaliste, à la fois percussive et mélodique.
On se laissera bercer par le joli post-rock ambient de Hotelgäste, puis on retrouvera Hanno Leichtmann cette fois en compagnie d’Andrea Naumann au piano préparé pour une pièce électroacoustique, improvisée et tendue. Dernière surprise, là encore très krautrock avec le quatuor LYSN qui produit une musique très mécanique, principalement à base d’instruments acoustique (guitare, basse, batterie, trombone) pour un résultat extrêmement attachant !

Une compilation d’une grande richesse, avec ses limites mais toutefois l’occasion de faire quelques belles découvertes.

Fabrice ALLARD
le 19/06/2014

À lire également

Alessandro Bosetti
Der Italienische Manierismus
(CONV)
Hanna Hartman
H^2
(Komplott)
20/06/2009
Julie Rousse + Crys (...)
(Société de Curiosités)
19/05/2011
Thomas Ankersmit / (...)
(Instants Chavirés)