Islaja

S U U

(Monika Enterprise / La Baleine)

 date de sortie

24/03/2014

 genre

Electronique

 style

Electro

 appréciation

 tags

Electro / Islaja / Monika Enterprise

 liens

Islaja
Monika Enterprise

 autres disques récents
Matt Christensen
Honeymoons
(Miasmah)
Giulio Aldinucci
Goccia
(Home Normal)
Automatisme
Momentform Accumulations
(Constellation)
Gratuit

(Ego Twister)

D’Islaja, on avait le souvenir d’un concert aux Instants Chavirés, dans le cadre d’une soirée consacrée au label Fonal en 2006, d’une participation au projet Hertta Lussu Ässä, et de disques (vite) écoutés sur ce même label Fonal. Petite surprise, donc, quand on apprit que son sixième album paraissait sur Monika Entreprise, label allemand certes quasi-spécialisée dans les artistes féminines, mais plutôt tourné, musicalement, vers des rivages moins folk que ce que produit Merja Kokkonen. Or, précisément, c’est parce qu’elle opère un virage stylistique que l’Islandaise se trouve sur la structure berlinoise. En effet, en lieu et place du folk précédemment prisé, c’est une électro-new wave que propose ici la jeune femme : synthés très marqués, rythmiques accentuées aux sonorités caractéristiques, apports électroniques datés, interventions vocales appuyées et parfois grandiloquentes.

L’effet de surprise ainsi produit dure le temps des premières minutes, mais, rapidement, c’est la consternation qui prend le dessus : facilités dans l’écriture, aspect caricatural des orchestrations, faiblesse des choix musicaux, caractère très pauvre, voire kitsch, de l’ensemble rendent l’écoute de S U U (« bouche » en finnois, comme s’il fallait insister encore sur la place prise par le chant sur cet album) difficile, à la limite du désagréable. Aller au bout de ses onze titres et quarante-trois minutes nécessite même une forme de prise sur soi, tellement l’enchaînement s’avère pénible, tout juste sauvé par quelques passages moins instrumentés et plus dépouillés (Shit Hit The Fan ou le plus sombre Sandals Of Alice et son orgue très présent).

S’il s’agit juste d’un exercice de style, d’une éphémère passade, on retournera peut-être à l’avenir vers Islaja ; en revanche, si ce positionnement se pérennise, on risque de ne plus croiser la route de la Finlandaise.

François Bousquet
le 27/06/2014

À lire également

30/10/2008
Hertta Lussu Ässä
(Palais de Tokyo)
Michaela Melián
Los Angeles
(Monika Enterprise)
Barbara Morgenstern
Fan No. 2
(Monika Enterprise)
V/A
4 Women No Cry vol.1
(Monika Enterprise)