Danny Norbury

Light In August

(flau / Import)

 date de sortie

14/04/2014

 genre

Rock

 style

Néo-Classique

 appréciation

 écouter

3 morceaux intégraux (via Soundcloud)

 tags

Danny Norbury / flau / Néo-Classique

 liens

flau

 autres disques récents
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)

Très régulièrement cité sur ces pages (en tant qu’intervenant au violoncelle aux côtés de Library Tapes ou d’Orla Wren, ou bien comme membre de The Boats), Danny Norbury poursuit également une carrière solo. On avait alors, jusqu’à présent, uniquement mentionné un EP paru sur Static Caravan en 2007 mais un long-format avait été publié sur Lacies Records deux ans plus tard. À la faveur d’une ressortie de cet album par flau, il est grand temps de s’attarder sur le parcours de Norbury, d’autant plus que cette réédition se voit augmentée de morceaux supplémentaires (les six du EP précédemment cité et un autre, issu d’un format court plus récent de l’Anglais).

Connaissant les inclinaisons de Danny Norbury et son historique musical, on ne sera guère surpris de se retrouver face à un album néo-classique, conviant principalement au dialogue violoncelle et piano, dans des morceaux assez courts (les quatre minutes sont rarement dépassées). Afin de rompre un schéma extrêmement prévisible, quelques incursions électroniques font heureusement leur apparition (les mini-larsens à l’arrière-plan d’I Turn Off The Last Light And Close The Door) tandis que le format de titres choisi le conduit à resserrer un propos qui aurait pu se laisser aller à des digressions sans fin.

Pour le reste, le Britannique nous livre le quota réglementaire de titres faisant appel à l’émotion (les cordes prenantes de This Night Is For You And For Me ou la variation sur la berceuse de Brahms dans Lullaby, par exemple), intègre des petites instrumentations (la boîte à musique de Pedals) et sait assurément rendre soyeuses ses interventions sur ses deux instruments de prédilection. Un bel ouvrage, donc, mais rien d’indispensable pour ceux qui estiment que ce style musical se perd en facilités et en manque de renouvellement.

François Bousquet
le 15/07/2014

À lire également

Twigs & Yarn
The Language Of Flowers
(flau)
Port St. Willow
Syncope
(flau)
Colophon
Love Loops
(flau)
Part Timer
Blue
(flau)