Melodium

Taramae

(Abandon Building Records / Import)

 date de sortie

15/06/2014

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Abandon Building Records / Electronica / Melodium

 liens

Melodium
Abandon Building Records

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Alors qu’il avait été assez peu prolixe en 2013 (avec seulement les deux volumes de Lixiviat, publiés en CDr 3"), Melodium livre, pour cette première moitié d’année 2014, deux disques : un CDr 3" sorti par hibernate dans sa série Postcards et un long-format que propose Abandon Building Records, label habitué du Français qui en est déjà à son troisième album sur cette structure. Pour cette nouvelle parution, Laurent Girard nous indique à la fois qu’il s’agit de morceaux composés depuis l’an 2000 et que le disque peut être appréhendé comme une manière de clore un versant de la carrière de Melodium avant de passer à autre chose.

Assurément, les familiers des morceaux de Melodium ne seront pas trop dépaysés, retrouvant les sonorités typiques de l’electronica du Français, sa capacité à déposer des notes graciles sur des petites rythmiques et sa faculté à mettre en place une atmosphère gentiment mélancolique. Cependant, au-delà de ses composantes rituelles, l’agencement de Taramae interpelle : en lieu et place des traditionnelles vignettes de Laurent Girard, les titres durent tous autour des huit minutes, voire dix-huit pour le caudal Cadavrion, et sont fragmentés en trois ou quatre parties. Si cet ordonnancement n’est pas toujours convaincant (certains enchaînements entre parties étant un peu trop abrupts, appelant plutôt un changement de piste qu’une continuité au sein du même titre), il sert le propos général du musicien, agissant par rebonds et remises en cause à l’intérieur même d’un morceau.

Mais comme il y a lieu d’anticiper de possibles nouvelles aventures musicales pour Melodium, il convient également d’offrir quelques orientations autres, telles ces sonorités plus robotiques et dures au début de Cadavrion ou Vinkend, vite recouvertes néanmoins par des notes de piano plus délicates puis par un arpège de guitare acoustique, ou bien ces pulsations grésillantes du milieu de Thingholt elles aussi relayées par une ligne mélodique de piano plus guillerette. Pleinement cohérent avec la discographie passée de son auteur et en même temps intelligemment annonciateur d’épisodes prochains qu’on a hâte d’entendre, Taramae s’avère indéniablement un album tout à fait convaincant.

François Bousquet
le 05/08/2014

À lire également

Melodium
99
(Autoproduit)
Melodium
Lixiviat
(Autoproduit)
Melodium
Friendly Vehicles
(Bandcamp)
Origamibiro
Shakkei
(Abandon Building Records)