Eugene Carchesio

Circle Music

(Room40 / Import)

 date de sortie

29/09/2012

 genre

Electronique

 style

Electro / Minimal

 appréciation

 tags

Electro / Eugene Carchesio / Minimal / Room40

 liens

Room40

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Eugene Carchesio est actif depuis le début des années 80, et principalement connu pour son travail plastique, dessins et scuptures. Assez rapidement il a ajouté la musique à ses disciplines artistiques dans des genres très variés, que ce soit en solo ou au sein de groupes. On citera surtout la formation à géométrie variable The Lost Domain plutôt portée sur un rock blues expérimental, ou encore le groupe post-punk The Holy Ghosts dans lequel l’Australien se produisait à la guitare et au chant. Selon les projets on le trouve donc à la six cordes, au saxophone, à l’orgue, mais en solo sa musique est bien électronique, que ce soit en tant que D.N.E. ou sous son propre nom.

On découvre Eugene Carchesio avec cet album assez improbable. Il s’agit en fait d’archives sonores de l’artiste que le label Room40 a publié sous la forme de 5 albums entre septembre 2012 et novembre 2013. Circle Music est le premier de ces disques, surprenant dans la mesure où cette musique nous semble venir d’une autre époque, sans pour autant paraitre démodée. On y retrouve les sonorités rondes d’une acid techno et un minimalisme qui en déconcertera plus d’un. L’album reste plus varié que celui d’un Mark Fell, mais l’esprit est là. On remarquera d’ailleurs que le titre de l’album et sa pochette sont en parfaite harmonie avec la musique ici présente.
Composé de 7 pistes sobrement intitulées Circle Music 1 à Circle Music 7, l’album s’ouvre sur un premier titre de plus de 13 minutes qui nous ramène facilement 20 ans en arrière, alliant boucles de basses rondes, tonalités répétitives et de brefs éclats qui nous font penser à des bulles qui éclatent. Pourtant l’ensemble de l’album nous laisse avec un sentiment de douceur. Le tempo reste très posé et on est clairement plus proche d’une électro minimale et hypnotique que d’un album techno.

L’auditeur attentif remarquera d’ailleurs que ces boucles ne tournent pas en rond. Des petits éléments font régulièrement leur apparition, ils semblent prendre place dans des boucles existantes puis disparaissent comme ils sont arrivés. Des effets de filtres contribuent quant à eux à changer la teinte de certaines tonalités, à créer des glissements sonores sur Circle Music 7 ou créer de brefs effets d’écho sur Circle Music 1.
Titre charnière, Circle Music 4 se démarque par son approche particulièrement rythmique à base de micro sonorités, entre coups de basse et imitation de gouttes d’eau, jouant sur un enrichissement progressif de ses boucles. Par ailleurs, Circle Music 2 et Circle Music 5 mettent l’accent sur des mélodies qui bouclent à un rythme soutenu. L’électronique devient alors tribale, dansante et musique de transe.

Nous ne connaissons pas l’année de l’enregistrement de Circle Music. On pourra donc voir cet album comme un travail précurseur ou une revisite actuelle des premières sonorités techno. On en apprendra peut-être un peu plus avec les prochaines productions de l’Australien dont nous devrions vous reparler dans l’année qui vient.

Fabrice ALLARD
le 04/08/2014

À lire également

Andrea Belfi
Wege
(Room40)
Chris Abrahams
Fluid To The Influence
(Room40)
Bee Mask
Vaporware / Scanops
(Room40)
Mirko
Mirko EP
(Room40)