Emptyset

Collapsed

(Raster-Noton / Metamkine)

 date de sortie

04/10/2012

 genre

Electronique

 style

Industriel / Minimal / Techno

 appréciation

 tags

Emptyset / Industriel / Minimal / Raster-Noton / Techno

 liens

Raster-Noton
Emptyset

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Courant 2008/2009, Raster Noton s’était lancé dans une série de EP répondant au nom de Unun. Nous nous en étions fait l’écho avec dans l’ordre NHK, Grischa Lichtenberger, Aoki Takamasa et Mika Vainio. Après un break de deux ans, cette série a repris en 2012 avec un EP de Kyoka qui nous a échappé, suivi de celui-ci par Emptyset, sixième d’une série de neuf.

Emptyset est un duo de Bristol qui a gagné en visibilité avec cette première sortie chez Raster Noton et surtout avec l’album Recur publié un an plus tard sur la structure allemande. Mais le duo s’est formé en 2005 et ils ont logiquement sorti la majeure partie de leur production sur leurs propres labels Subtext et Caravan Recordings.
On a donc écouté quelques productions plus anciennes du duo afin de voir d’où ils viennent, et on se rend compte que Collapsed se place dans la droite ligne de leur carrière. Une rythmique lourde, plutôt lente, posée, croisant basses saturées et textures bruitistes afin de dessiner une techno minimale et noisy. On pense tout de suite aux productions de Pan Sonic jusque dans l’utilisation de bleeps en contrepoint afin d’esquisser, parfois, un début de mélodie.

Le duo ne s’éloigne que rarement de cette ligne, aussi la formule fonctionne plutôt bien sur EP, mais on a un peu peur de se lasser sur un long format. On appréciera ici le tempo plus soutenu, la rythmique plus dure de Core faite de martèlements de déchirures révélant des influences tant industrielles que techno. On ne saura par contre plus sur quel pied danser alors que Collapse démarre sur une longue intro arythmique, faite de ronronnements sourds et de froissements métalliques.
La face B se termine sur un Wire plus chaotique, un peu plus expérimental puisque la rythmique apparait fracturée, mais le ton reste le même, à base cette fois de souffles et résonances métalliques.

Peut-être en avons-nous trop entendu parler l’an dernier, peut-être en attendions nous trop, toujours est-il que cet EP nous laisse un peu sur notre faim.

Fabrice ALLARD
le 10/08/2014

À lire également

Kangding Ray
Solens Arc
(Raster-Noton)
Robert Lippok
Redsuperstructure
(Raster-Noton)
SND
Atavism
(Raster-Noton)
22/09/2010
Quad #1 : Aoki Takamasa
(Rex Club)