Deison

Quiet Rooms

(Aagoo / Import)

 date de sortie

04/10/2012

 genre

Electronique

 style

Ambient / Minimal / Field Recordings

 appréciation

 tags

Aagoo / Ambient / Deison / Field Recordings / Minimal

 liens

Aagoo
Deison

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Il y a deux ans nous chroniquions un album de l’Italien Deison, produit avec de nombreux artistes tels que Scanner, Franck Vigroux ou encore Philippe Petit. Nous avions beaucoup aimé ce Night Session, fruit de multiples sessions d’enregistrement sous forme de collaborations, mais il ne nous permettait pas d’apprécier pleinement le travail de Deison dont les solos faisaient principalement l’objet de courts interludes. Nous sommes donc ravis de le retrouver quelques années plus tard chez Aagoo Records avec cet album solo.

Tout est dans le titre de cet album : Quiet Rooms. Pourtant à l’écoute de ces quatre pistes d’une ambient fantomatique, on est loin de se douter de la façon dont celles-ci ont été composées. Les nappes minérales et feutrées, bien que de fort belle facture, pourront paraitre assez classiques et déjà entendues. La surprise vient du fait que celles-ci ont été composées à partir de field recordings captés dans des chambres d’hôtels vides. Enregistrements traités et superposés de pseudo silences ambiants, feutrés, avec parfois une porte qui grince ou un message laissé sur un répondeur (Room 2 (Lost Key)).
Au début on ne sait pas trop où l’on va alors que Room 1 (Private Exploration) s’ouvre sur un quasi silence, des bruitages abstraits et menaçants suivis de sons concrets tels qu’un écoulement d’eau ou des voix énormément traitées. Une introduction très expérimentale, plus proche d’une musique concrète en attendant que les nappes cristallines prennent le dessus dans une ambient oscillante et minimale.

Si l’on adhère au procédé, alors l’ensemble de l’album sera un formidable voyage en des terres isolées, sur une bande son aux confins du mystique et du fantomatique. Des drones apaisés, des respirations cristallines, et parfois le crépitement d’un feu, une porte que l’on ferme, de l’eau que l’on fait couler. Mais mis à part ces quelques séquences habitées, la musique de Deison se révèle être extrêmement linéaire et feutrées, comme un brouillard sonore, cotonneux, chaleureux, dans lequel on prend plaisir à se perdre.
Même si l’on risque de se faire surprendre par un être égaré dans cette bande son, Quiet Rooms est fait pour être écouté les yeux fermés et se laisser abandonner, s’évaporer, s’extraire du monde réel et contempler... le vide.

Vous l’aurez compris, un album qui ravira les amateurs d’ambient, parfait pour accompagner vos siestes estivales.

Fabrice ALLARD
le 18/08/2014

À lire également

Philippe Petit
Oneiric Rings On Grey Velvet
(Aagoo)
Deison
Night Sessions
(Silentes Minimal Editions)
Philippe Petit
scores Henry : The Iron Man
(Aagoo)