Deaf Center

Recount

(Sonic Pieces / Import)

 date de sortie

07/08/2014

 genre

Electronique

 style

Ambient / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / Deaf Center / Néo-Classique / Sonic Pieces / Svarte Greiner

 liens

Deaf Center
Sonic Pieces

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

Lors de la recension d’Owl Splinters, dernier album en date de Deaf Center, nous signalions que malgré plusieurs années entre deux publications du duo norvégien, il nous semblait que le groupe conservait une certaine actualité, notamment grâce à l’activité d’Erik K. Skodvin, l’un de ses deux membres. Trois ans et demi après, le contexte est sensiblement le même et ce préambule pourrait être repris mot pour mot : le label Miasmah est toujours actif, Skodvin intervient à présent au sein du groupe B/B/S/ et propose même des parutions sous son nom propre. Pour marquer les dix années d’existence de Deaf Center, Skodvin et Otto A. Totland ont décidé d’offrir à Sonic Pieces un mini-album, constitué de deux pistes de treize minutes chacune, résultats de sessions d’enregistrement datant de 2008 à 2012. Cette sortie est également l’occasion, pour le label allemand, de débuter une série intitulée « Pattern » pour laquelle chaque pochette sera découpée au laser.

Musicalement, Follow Still, premier morceau du disque, se situe dans la continuité par rapport à certaines plages d’Owl Splinters, soit un travail dans lequel le piano de Totland égrène de petites notes assez claires, posées sur un tapis sonore plus compact et sombre concocté par Skodvin. La volonté, assez manifeste, de jouer sur le contraste entre ces deux composantes façonne un ensemble à la belle intensité, captivant et enveloppant.

Plus homogène et plus dense, Oblivion mêle textures générées électroniquement et à la guitare dans une nappe qui ne joue pas démesurément sur la noirceur, contrairement à plusieurs autres propositions de Deaf Center (ou des artistes et groupes proches de la formation norvégienne). Même l’infra-basse apportée par Nils Frahm ne vient pas en rajouter dans cette dimension, l’ensemble restant à fleur de surface, dans une approche assez aquatique (impression de flux et reflux, travail sur la profondeur des sonorités) et qui facilite l’adhésion à ce mini-album.

François Bousquet
le 22/10/2014

À lire également

V/A
Silva
(Miasmah)
30/09/2006
Helios / Deaf Center
(Planétarium)
Svarte Greiner
Knive
(Type)
B/B/S/
Palace
(Miasmah)