Gintas K

Slow

(Baskaru / COD&S Distribution)

 date de sortie

O4/02/2013

 genre

Electronique

 style

Electronica / Expérimental / Glitch

 appréciation

 tags

Baskaru / Electronica / Expérimental / Gintas K / Glitch

 liens

Gintas K
Baskaru

 autres disques récents
Resina
s/t
(130701)
Altars Altars
Small Hours
(Home Normal)
Monty Adkins
Unfurling Streams
(Crónica Electronica)
Dakota Suite | Vampillia
The Sea Is Never Full
(Karaoke Kalk)

Gintas K, de son vrai nom Gintas Kraptavičius, est extrêmement actif, et tout particulièrement ces dernières années puisque ce ne sont pas moins de 7 albums qui sont sortis depuis ce Slow publié début 2013 sur le label français Baskaru. Très présent sur la structure portugaise Cronica où on le découvrait en 2006, le Lithuanien a élargi son horizon et apparaît désormais chez Reductive Music, Creative Sources, ou encore Bôłt, tout en compilant des lives et anciens travaux sur des sorties autoproduites.

N’ayant pas écouté le travail de Gintas K depuis 4-5 ans, on ne savait pas trop à quoi s’attendre avec ce nouvel album. Par ailleurs le Lithuanien ayant toujours expérimenté autour de différentes techniques et sujets (field recordings, drone, expérimentation et recherche sonore), il est assez difficile de prévoir le son de cette nouvelle production qui sortait en même temps que les Chutes de Mathias Delplanque.
Étrangement on fait tout de suite le lien entre les deux albums. Il s’agit probablement d’un raccourci mais on trouve ici aussi des mélodies timides, minimalistes, alliant cordes frappées et xylophone sur un fourmillement rythmique avec 72#.

Qu’il s’agisse de sonorités acoustiques ou électroniques, le procédé est sensiblement le même sur les 11 pistes qui composent cet album, avec des mélodies chaotiques, abîmées, ou particulièrement timides et au second plan des micro-bruitages électroniques, glitchs, souffles, grésillements et autres erreurs électroniques. Parfois la mélodie se fait particulièrement touchante, comme ce Niekovv un peu triste, tandis que sur Zrtyi la technique prend le dessus avec ce classique effet de hachage sur des nappes de laptop.
Contre toute attente, on découvrira un peu plus loin que la guitare tient une place assez importante sur ce disque avec notamment les deux parties de Dar. Dans un premier temps les pincements de cordes sont découpés en micros samples et utilisés dans une mélodie timide et rebondissante. Dans la seconde partie, la guitare est plus libre, créant une boucle mélodique et légère. Entre les deux, on retiendra le très beau Garsas sur lequel instruments et machines forment un excellent duo, l’électronique venant déformer, voire torturer une douce mélodie de guitare acoustique.

La fin de l’album est un peu moins prévisible puisque le Lithuanien alterne entre un bruitisme subtile (Sdg) et une ambient à peine audible, plutôt mélodique sur Jau et tendance subaquatique avec le caudal Galasd. En définitive Slow est un album très plaisant, cohérent et original, qui tente de faire le pont, mais sans y parvenir complètement, entre émotion et expérimentation.

Fabrice ALLARD
le 11/11/2014

À lire également

Ethan Rose
Oaks
(Baskaru)
Emmanuel Mieville
Four Wanderings in Tropical Lands
(Baskaru)
France Jobin
The Illusion Of Infinitesimal
(Baskaru)