Trente-Six Nulles de Salon

 auteur

Daniel Cabanis

 metteur en scène

Jacques Bonnaffé et Olivier Saladin

 date

du 07/11/2014 au 06/12/2014

 salle

Théâtre du Rond-Point,
Paris

 appréciation
 tags

Daniel Cabanis / Théâtre du Rond-Point

 liens

Théâtre du Rond-Point

 dans la même rubrique
du 02/02/2017 au 29/04/2017
Un Air de Famille
(Théâtre de la Porte Saint-Martin)
du 21/03/2017 au 01/04/2017
Le Pas Grand Chose
(Théâtre Monfort)
du 08/03/2017 au 01/04/2017
L’État de Siège
(Espace Pierre Cardin)
du 18/01/2017 au 16/04/2017
Soyez Vous-Même
(Théâtre de Belleville)

Toujours intéressé par la personnalité de Jacques Bonnaffé (on se souvient plutôt positivement de L’Oral et Hardi, vu il y a quelques saisons au Théâtre de la Bastille, et il vient de camper un très convaincant Président de la Conférence des évêques de France dans la série Ainsi Soient-Ils), on se résolut à tenter l’expérience de Trente-Six Nulles de Salon. Mise en scène et jouée par l’intéressé, avec son complice Olivier Saladin, cette pièce de Daniel Cabanis se situe dans la longue tradition des dialogues un peu absurdes entre deux messieurs dans la deuxième moitié de leur vie.

Malheureusement, pour que ce type de proposition prenne, il faut un peu plus de consistance que ce qui nous est présenté sur le plateau, avec ces personnages tous deux prénommés Mario. Chaque saynète, introduite par le même « Dis-moi, Mario… », les voit discourir pendant deux à trois minutes sur les petits riens de la vie, sur leur existence ou sur une rencontre qu’ils viennent de faire, ces digressions pouvant même les conduire à des amalgames plus que limites (quand zoophilie et mariage homosexuel sont évoqués dans le même mouvement). Au bout de quelques instants, la mécanique s’installe, mais celle-ci se fait beaucoup trop répétitive et prévisible : début loufoque (« Dis-moi, Mario, spontanément, sans réfléchir, tu es plutôt sphère ou cube ? », « Dis-moi, Mario, un coup d’épée dans l’eau, par temps de gel, est-ce vraiment inutile ? », etc…), enchaînement se raccrochant à des expériences vécues par l’un ou l’autre et chute censément humoristique.

Une fois saisie la formule, nous en venons à deviner, dès les premières secondes de chaque saynète, quelle sera la chute… et l’auteur ne nous déçoit nullement sur ce point. De surcroît, les virgules musicales placées entre chaque temps, plutôt que de ponctuer malicieusement l’action, surlignent à gros traits ce qui se serait voulu « comique ». Dans le même temps, afin d’occuper l’espace, les interprètes se déplacent au milieu de sangles blanches qu’ils ne cessent d’accrocher et décrocher, tissant une sorte de double toile d’araignée sur laquelle ils trébuchent régulièrement (traduction involontaire de leur propre difficulté à évoluer dans ce spectacle ?). Puisque nous en sommes à mentionner les aveux involontaires, relevons enfin cet autre début de saynète : « Dis-moi, Mario, on perd son temps ou c’est juste une impression ? ». Rien à ajouter.

Autres dates :
- du 6 au 9 janvier 2015 : Comédie - Saint-Étienne

François Bousquet
le 28/11/2014

À lire également

du 28/04/2011 au 22/05/2011
Le Chien, la Nuit et (...)
(Théâtre du Rond-Point)
du 20/01/2010 au 21/02/2010
Dehors peste le chiffre
(Théâtre du Rond-Point)
du 17/03/2009 au 11/04/2009
Le Pulle
(Théâtre du Rond-Point)
du 04/03/2015 au 08/03/2015
Daisy
(Théâtre du Rond-Point)