Celemania

 date

du 27/11/2014 au 01/02/2015

 salle

FRAC des Pays de la Loire,
Carquefou

 appréciation
 tags

FRAC des Pays de la Loire / Jorge Satorre

 liens

FRAC des Pays de la Loire

 dans la même rubrique
du 23/06/2016 au 11/09/2016
Mika Rottenberg
(Palais de Tokyo)
du 08/06/2016 au 29/08/2016
Un Art Pauvre
(Centre Pompidou)
du 01/06/2016 au 15/08/2016
Melik Ohanian : Under Shadows
(Centre Pompidou)
du 14/05/2016 au 04/09/2016
Christian Hidaka : Desert Stage
(Grand Café)

Avec ses ateliers internationaux, le FRAC des Pays-de-la-Loire s’intéresse régulièrement aux plasticiens d’un pays donné à qui il offre une résidence et une exposition collective terminale. Pour la vingt-huitième édition de ce dispositif, c’est un pays fréquemment croisé qui est à l’honneur, le Mexique ayant connu plusieurs mises en lumière ces dernières années, aussi bien dans des institutions (Musée d’art moderne de la Ville de Paris) que dans des lieux privés (Maison Rouge). Pourtant, la source ne semble pas tarie puisqu’hormis Jorge Satorre (et encore, nous l’avions croisé dans un autre contexte que ceux cités à l’instant), aucun des cinq autres artistes ne nous étaient connus.

JPEG - 71.6 ko
Jorge Satorre - Bricks II
(courtesy FRAC des Pays de la Loire)

En guise d’introduction, la commissaire, Daniela Pérez, narre une histoire survenue à la gare ferroviaire de Celemania : un camion de dynamite percuta une voiture, provoquant un incendie et la mort de trois personnes ; bénévoles et photographe s’approchèrent, les premiers pour aider les survivants et le second pour filmer la scène, quand une seconde explosion eut lieu, tuant plus de trente personnes dont le photographe dont, pour autant, l’enregistrement subsista. Bien que la commissaire s’en défende, les œuvres présentées trouvent, en cette histoire dramatique, un écho puisqu’il s’agit, pour les six créateurs, de documenter quelque chose qui est arrivé, de se muer en mémorialiste ou de retranscrire un mouvement performatif. Ainsi, Diego Berruecos épingle une série de photos des « lanternes rouges » du Tour de France (ces cyclistes qui sont derniers du classement général et en tirent une certaine gloire), Andrea Chirinos dispose tableau noir, estrade d’école et pancarte en souvenir d’une leçon de français dans un établissement mexicain, et Jorge Satorre confectionne des céramiques en terre cuite retranscrivant des histoires racontées par des amis et parents.

JPEG - 59.7 ko
Santiago Borja - Lifeworld
(courtesy FRAC des Pays de la Loire)

Plus conceptuel, Santiago Borja renvoie à une performance qui eut lieu le soir même du vernissage : les pas des visiteurs sont retranscrits au sol à l’aide de l’écriture Laban, technique qui sert à traduire des mouvements de danse. Un volume de tubes d’acier vient compléter ce marquage pour renseigner sur l’amplitude des déplacements des intervenants. Autre souvenir d’un autre geste, la sculpture de Cynthia Gutiérrez rassemble les clous qui ont accrochés quelques œuvres de la collection du FRAC, manière de faire le lien avec le lieu qui l’a accueillie et de lui rendre ainsi hommage.

François Bousquet
le 16/01/2015

À lire également

du 07/04/2013 au 01/09/2013
En Suspension…
(FRAC des Pays de la (...))
du 14/09/2012 au 16/12/2012
L’Homme de Vitruve
(Crédac)
du 04/11/2015 au 08/05/2016
Ouverture pour Inventaire
(FRAC des Pays de la (...))