Frode Haltli

Vagabonde Blu

(Hubro / Socadisc)

 date de sortie

26/09/2014

 genre

Jazz

 style

Expérimental / Minimal / Live

 appréciation

 tags

Expérimental / Frode Haltli / Hubro / Live / Minimal

 liens

Frode Haltli
Hubro

 autres disques récents
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)
Teruyuki Nobuchika
Still Air
(Oktaf)
Zane Trow
The Transient Implosion
(Room40)

On avait croisé la route de Frode Haltli début 2007, lorsqu’il s’était produit au festival Banlieues Bleues, en configuration trio, aux côtés de Garth Knox (alto) et Arve Henriksen (trompette). À l’époque, le Norvégien publiait des disques sur ECM et s’entourait, outre les deux musiciens cités, de plusieurs autres talents de son pays (Maja Ratkje, Trygve Seim…). Quelques années plus tard, c’est sur Hubro, label probablement plus expérimental et uniquement dédié à la scène jazz et improvisée norvégienne, qu’on le retrouve pour un album live, témoignage d’un concert donné à Oslo en septembre 2009, au cours duquel Haltli opéra seul, sur des œuvres de compositeurs de musique contemporaine.

Trois pistes seulement, mais une durée oscillant entre neuf et dix-huit minutes, propre à ce style musical, qui favorise la plongée dans un travail très précis sur les souffles et variations. De fait, opérant en solo, Haltli charge son accordéon de produire un ensemble de sons extrêmement variés, si bien que ce ne sera qu’à la fin du deuxième morceau qu’on pourra percevoir des sonorités proches de ce qu’on peut attendre d’un tel instrument. Dans l’intervalle, il s’agira de tapoter quelques touches, de générer des accords parfois dissonants ou bien de convoquer des notes plus aigües pour traduire scéniquement les créations des Italiens Salvatore Sciarrino, Aldo Clementi et de son compatriote Arne Nordheim.

Plus encore, le Norvégien joua pleinement sur la configuration du lieu qui l’accueillit lors de ce concert : salle voûtée et sombre, entièrement recouverte de fresques, Tomba Emmanuelle a été pensée comme chambre funéraire par le sculpteur et peintre Emanuel Vigeland. Les 800 m² de la pièce lui confèrent une acoustique assez exceptionnelle, dont l’écho se fait entendre sur le disque tandis que l’atmosphère, à la fois lourde, dramatique mais aussi sulfureuse (quelques scènes érotiques parcourent la fresque) influença assurément la prestation musicale. Néanmoins, comme il s’agit quand même d’un mausolée, l’interprétation de Ein Kleines… de Clementi se fait quasiment priant, l’accordéon se faisant presque passer pour un orgue d’église, touchant et invitant au recueillement.

François Bousquet
le 09/12/2014

À lire également

Trondheim Jazz Orchestra / Christian Wallumrød
Untitled Arpeggios And Pulses
(Hubro)
Huntsville
Pond
(Hubro)
1982
A/B
(Hubro)
Finland
Rainy Omen
(Hubro)