EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2014 - Reprise du Palmarès

 date

du 22/11/2014 au 30/11/2014

 salle

Luminor Hôtel de Ville,
Paris

 tags

Luminor Hôtel de Ville

 liens

Luminor Hôtel de Ville

 dans la même rubrique
du 26/05/2016 au 05/06/2016
Quinzaine des Réalisateurs 2016 - Reprise de la sélection
(Forum des Images)
du 22/01/2016 au 31/01/2016
Festival Premiers Plans d’Angers 2016 - Reprise du Palmarès
(Forum des Images)
du 28/11/2015 au 06/12/2015
EntreVues - Festival International du Film de Belfort 2015 - (...)
(Cinémathèque Française)
du 05/07/2014 au 12/07/2014
Paris Cinéma 2014
(Louxor)

Palmarès très concentré cette année aux EntreVues de Belfort puisqu’un même court-métrage reçut trois des quatre prix destinés aux films courts (Prix du Public, Camira et Eurocks One+One) tandis qu’un même long-métrage se vit remettre à la fois le Grand Prix et le Prix du Public. Fort logiquement, ces deux propositions furent projetées lors de la séance parisienne de reprise des films primés, propositions qui continuent de tracer le sillon entre fiction et documentaire que semble développer le festival franc-comtois.

Archétype de ce mélange des genres, Hillbrow prend, a priori, toutes les apparences du documentaire : filmage en pleine rue dans un quartier de Johannesburg, attention portée sur la violence des situations et volonté d’être au plus près du réel (absence de musique, son en direct). Pour autant, quand on voit se faire agresser un passant ou que les mêmes situations se reproduisent (un homme marchant dans la rue, filmé de dos), on constate que Nicolas Boone a, en vérité, fictionnalisé des récits recueillis auprès des habitants pour les reproduire avec des comédiens. Bien loin des dispositifs racoleurs de la scripted reality, ce schéma s’avère aussi efficace qu’opportun, et en tout cas assurément à même de rendre compte de la vie de ce quartier.

Français également, Je suis le Peuple a également été tourné en Afrique puisqu’il retrace les deux ans et demi déroulés entre les manifestations Place Tahrir et le renversement de Mohamed Morsi par les militaires. Plutôt que de s’attacher au point de vue des protestataires cairotes, Anna Roussillon s’est installée dans un petit village campagnard du sud, près de Louxor, se concentrant sur une ou deux familles. Tant que le mouvement populaire est limité au nord du pays, et surtout au Caire, ce n’est que par le biais de la télévision que ces habitants y prennent part, continuant par ailleurs leurs vies (travail au champ, pétrissage du pain, nouvelle grossesse…) que les hommes ne peuvent quitter sous peine de laisser leur famille dans la détresse. En revanche, dès que l’annonce de véritables élections intervient, la politique prend le dessus et chacun s’implique dans le processus démocratique. La captation de leurs réactions dans la durée permet alors de pointer la versatilité du peuple qui plaça de fortes attentes en Morsi, pour mieux demander sa destitution un an après. Restant en permanence derrière sa caméra, Anna Roussillon n’hésite pourtant pas à interpeler ses sujets qui, avec un certain humour, l’interpellent aussi à leur tour, symbole de la confiance qu’elle a su mettre en place et dont le film se fait un fidèle restituteur.

Date de sortie :
- Je suis le Peuple : 13 janvier 2016

François Bousquet
le 17/12/2014