A Winged Victory For The Sullen

Atomos

(Erased Tapes / Import)

 date de sortie

06/10/2014

 genre

Classique

 style

Néo-Classique

 appréciation

 tags

A Winged Victory For The Sullen / Adam Wiltzie / Dustin O’Halloran / Erased Tapes / Néo-Classique

 liens

Erased Tapes
Dustin O’Halloran
A Winged Victory For The Sullen

 autres disques récents
Luminance Ratio
Honey Ant Dreaming
(Alt.Vinyl)
Extreme Precautions
I
(In Paradisum)
Lawrence English + Stephen Vitiello
Fable
(Dragon’s Eye Recordings)
Eluvium
False Readings On
(Temporary Residence Ltd)

Le large écho donné au premier album d’A Winged Victory For The Sullen (paru, comme ce nouvel effort, sur Kranky aux États-Unis et Erased Tapes pour l’international) a conduit le duo à toucher au-delà de la sphère musicale et c’est ainsi qu’un chorégraphe du Royal Ballet, Wayne McGregor, a contacté les musiciens pour leur demander de réaliser une bande-son pour son prochain spectacle. Le résultat dépassant l’heure d’enregistrement, Adam Wiltzie et Dustin O’Halloran en firent un véritable long-format qui, comme souvent avec ce type d’expérience, présente douze morceaux uniquement intitulés par leur position sur la tracklist (Atomos I, Atomos II, etc…).

Ces pages sont souvent assez sceptiques avec la publication sur support physique de ces bandes-son, qu’il s’agisse de musiques de films, de témoignages de ciné-concert ou d’instrumentaux accompagnant du spectacle vivant. En effet, pensés pour agir en complément d’images (au sens large), ces enregistrements peinent régulièrement à toucher quand ils sont réduits à la simple écoute. Eu égard au parcours d’A Winged Victory For The Sullen et au fait que ce second album se situe en cohérence avec leur premier, cet écueil est en partie évité avec Atomos. En partie seulement, car, malgré tout, il nous semble que la recherche d’émotions des (nombreux) instruments à cordes (Atomos III), leur jeu par petits à-coups (Atomos VII) ou bien la montée en puissance d’Atomos VIII se font trop ostentatoires quand on manque de support visuel en appoint.

Partant, on préfèrera probablement les titres dans lesquels, d’une part, les cordes laissent un peu exister le piano (Atomos XI) ou alors ceux où, d’autre part, Wiltzie et O’Halloran intègrent des éléments un peu autres, à l’image des sonorités du début d’Atomos V, des traitements des accords sur Atomos VI ou des bribes de paroles samplées à la fin d’Atomos X. Ces apports constituent tout l’intérêt d’une transcription sur disque d’un travail qui, ainsi qu’on avait pu le souligner au moment du premier album, prend une dimension toute autre sur scène.

François Bousquet
le 25/12/2014

À lire également

Oliveray
Wonders
(Erased Tapes)
Adam Wiltzie
Travels In Constants Volume 24
(Temporary Residence Ltd)
Peter Broderick
Partners
(Erased Tapes)
Peter Broderick
These Walls Of Mine
(Erased Tapes)